Menu
S'identifier
Production

Pourquoi Exotismes a toujours une longueur d’avance


Publié le : 31.08.2018 I Dernière Mise à jour : 31.08.2018
{ element.images.0.titre }}
Gilbert Cisneros, président-fondateur d'Exotismes, a présenté le bilan de la saison 2017. I Crédit photo ©M.Poirier

Auteur

  • Pascale Filliâtre, avec Marie Poirier

Des destinations maîtrisées et une technologie à la pointe garantissent à Exotismes une croissance continue exercice après exercice. La recette du succès en 3 points.

1- Une programmation solide

Cyclones ou pas, la météo est toujours au beau fixe chez Exotismes. Malgré Maria et Irma, qui ont balayé Saint-Martin et Saint-Barthélemy en septembre dernier, l’exercice 2017 du spécialiste des destinations exotiques a été "très bon, à défaut d’excellent", commente Gilbert Cisneros, président-fondateur du TO.

Le chiffre d’affaires, à 119,9 M€ (+3,6%), s’est assorti d’un résultat net de 3,23M€ en hausse de 4,5% par rapport à 2016 avec 89 524 forfaits vendus. "Irma nous a amputé de 3 à 4 000 clients mais toutes nos autres destinations ont progressé, et notamment la République dominicaine, en forte croissance, tandis que le démarrage du Mexique et de la Riviera Maya a comblé nos espérances avec près de 400 ventes." Exotismes peut aussi compter sur les poids lourds que sont Maurice (20 000 clients), Martinique et Guadeloupe (34 000 clients) et Réunion (13 625). Seychelles, Maldives, Polynésie font aussi partie de ses valeurs sûres.

Même avec Saint Martin, "disparu des radars en 2018" — le redémarrage des ventes est prévu pour la fin de l’année et plus sûrement en 2019 à un rythme "honorable" —, Exotismes devrait boucler un exercice 2018 "excellent, en croissance à deux chiffres", annonce Gilbert Cisneros.

A date, l’avance est de 11% par rapport à n-1 avec des bons élèves tels la République Dominicaine (+42%), le Pacifique (+22%), les Maldives (+20%), La Réunion (+18%), les Seychelles (+11%). Ce résultat est d’autant plus satisfaisant qu’Exotismes a subi l’impact du cyclone Bergitta sur La Réunion et Maurice, néanmoins en hausse l’une et l’autre de 3%. "Au global, nous tablons  sur un résultat supérieur à celui de 2017", commente le patron d’Exotismes. Et 2019 est déjà bien lancée, en progression de 25% (sur 15% du chiffre d’affaires engrangés).

 

2- Une techno à la pointe

Si Exotismes fait ainsi la course en tête, il le doit aussi à ses investissements technologiques (de 300 à 400 000 € chaque année), la priorité des priorités. "On vend de la vitesse et de l’efficacité", explique Gilbert Cisneros qui prépare l’arrivée de l’intelligence artificielle pour 2020.  Avec "une solution très innovante - en test actuellement - qui nous permettra d'automatiser les demandes complexes" a-t-il précisé.

60% des ventes du TO se font déjà en ligne, sans intervention humaine. C’est donc sur le sur-mesure et les produits complexes qu’Exotismes veut encore gagner en performance. "L’idée, c’est qu’on soit capable de répondre en temps réel aux demandes de devis avec l’assistance de robots qui feront passer de 20 minutes à une minute le traitement des demandes." A terme, 90% des ventes pourraient être automatisées. Au détriment de la relation humaine ?

"Non, cela renforcera d’autant le rôle de conseillers de nos vendeurs. Ils deviennent de vrais coachs voyages. Nous commercialisons des produits chauds avec de l’émotion, on ne peut pas faire disparaître l’humain", affirme Gilbert Cisneros tout en pointant que la rapidité et la pertinence des outils font la différence. "C’est cette quête technologique sans fin qui soutient notre croissance."

 

3- Une production qui innove

Pour répondre à la demande des agences, et aussi contrer des acteurs tels Airbnb, Exotismes ne cesse par ailleurs d’enrichir son offre. Ainsi, des villas (normées) et des résidences en Martinique et Guadeloupe "pour mieux vivre les destinations de l’intérieur" arrivent en brochure : la Villa Azura au Vauclin et la Villa Kawan sur la route de la Pointe des Châteaux (à partir de 1 035 € par personne le séjour de 7j/6n en hébergement seul, base double).

En République Dominicaine et au Mexique, Exotismes passe la vitesse supérieure grâce à un partenariat avec la chaîne AM Resorts. Une vingtaine des établissements de la collection réunissant des hôtels de luxe en formule tout compris aux Caraïbes et en Amérique Latine rejoignent la production pour la saison hiver 2018-2019. De quoi proposer, notamment en République Dominicaine, des alternatives qualitatives à des clients à haute contribution car "sur le marché, l’offre all inclusive en Rep dom est souvent trop cheap", remarque le président d’Exotismes. 

La Réunion s’enrichit également avec  le tout nouveau Ness By Ocean 4*, une résidence hôtelière dont l’ouverture "évènement" à la Saline des Bains, soit sur la côte Ouest peu programmée, est prévue en décembre prochain. A Maurice, c’est un circuit exclusif en étoile qui renouvelle l’offre avec la mise en avant d'expériences.

Exotismes va continuer ainsi de consolider l’ensemble de ses axes "plutôt que d’investir de nouvelles destinations", confie Gilbert Cisneros. De même, la croissance externe n’est pas, actuellement, d’actualité. "L’année a été bonne pour tout le monde. Il est donc normal qu’il y ait peu d’opportunités sur le marché et pas de synergies à trouver."

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format