Menu
S'identifier

Après Paris, Nice...

Réceptifs | publié le : 18.07.2016 | Dernière Mise à jour : 18.07.2016

Image

Crédit photo DR

Auteur

  • Catherine Mautalent

Perpétré le jour de la fête nationale à Nice, ville de la Côte d'Azur mondialement connue et prisée par les touristes, l'attentat mené sur la Promenade des Anglais affecte une nouvelle fois durement le tourisme français, qui peinait déjà à se remettre des attaques sur Paris en 2015.

En s'attaquant à Nice, une ville de la Côté d'Azur mondialement connue et prisée, le jour de la Fête nationale, l'attentat a une nouvelle fois durement frappé le tourisme français, qui peinait déjà à se remettre des attaques sur Paris en 2015. Le lieu est symbolique : la Promenade des Anglais, où un camion a foncé dans une foule réunie à l'occasion du traditionnel feu d'artifice, est une destination phare pour tous les touristes, français et étrangers, en vacances au bord de la Méditerranée. La ville de Nice est, après Paris, celle qui reçoit le plus de visiteurs en France : en 2015, elle avait accueilli cinq millions de touristes, et représente à elle seule 40% des flux touristiques, selon l'office de tourisme. Nice capte 1,5 milliard d'euros de retombées économiques chaque année. La date, le jour des célébrations du 14 juillet, en pleine saison touristique, est aussi emblématique. Le terroriste n'a donc pas frappé au hasard.

Mais l'auteur de l'attaque "a également attendu la fin de l'Euro de football et le retour des touristes sur le littoral, ainsi que la fin du ramadan et l'arrivée des riches arabes" dans la région, a indiqué à l'AFP Georges Panayotis, président du cabinet spécialisé MKG. A ses yeux toutefois, c'est surtout l'effet de répétition qui risque de mettre à mal l'une des principales source de revenus en France. "On n'est plus dans un terrorisme classique où après un attentat il suffisait de quelques mois pour que l'activité économique reparte", note-t-il. Là, la succession d'événements forts, qui frappent aussi bien en janvier, en novembre qu'en juillet, qui font un nombre considérable de victimes avec parfois peu de moyens, "va dissuader les touristes pour un certain temps".

"On a déjà des annulations en masse", a indiqué à l'AFP Denis Cippoloni, président des hôteliers à Nice, et membre de l'Umih, le principal syndicat hôtelier, en soulignant qu'il était difficile de faire un bilan pour le moment. Le voyagiste allemand TUI a déjà proposé à ses clients ayant une réservation pour Nice jusqu'au 31 juillet prochain de modifier ou d'annuler gratuitement leur séjour. d'autre part, plusieurs événements comme le concert de Rihanna à Nice le 15 juillet au soir et le festival de jazz qui devait commencer le lendemain ont été annulés.

A nos confrères du Parisien dans son édition du 16 juillet, Didier Arino, directeur général de Protourisme, indiquait que "la Côte d'Azur représente à elle seule 1% du tourisme mondial (...) Pour la clientèle internationale, la France, c'est Paris et la Côte d'Azur".

Tags

Tourisme de groupe attentats terrorisme fréquentation France hôtellerie tour-opérateurs

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format