Menu
S'identifier
Transport

On a testé Oman Air entre Paris et Muscat


Publié le : 08.03.2017 I Dernière Mise à jour : 05.01.2018
{ element.images.0.titre }}
Oman Air dessert quotidiennement Roissy au départ de Muscat. I Crédit photo ©Milad A380/Wikipedia

La "petite" compagnie du Golfe dessert désormais Roissy-CDG chaque jour avec un avion de dernière génération, le Boeing 787 Dreamliner.

L'enregistrement

A Paris : départ du Hall A à Roissy-CDG 2, en zone 6, six banques et une "drop zone" pour déposer les bagages en enregistrement automatique accueillent les passagers d’Oman Air dont deux dédiées à la classe affaires.

A Muscat : en arrivant à l’aéroport, on accède directement à un salon d’enregistrement réservé avec trois banques, une conciergerie, des passagers de sûreté et de police exclusifs. Ce qui contraste avec l’immigration à CDG où un automate Parafe sur deux est en panne mais les passagers affaires d’Oman Air bénéficient d’un accès prioritaire à la vérification des passeports.

Les salons

A Paris : la compagnie n’a pas de salon en propre à Roissy-CDG mais fait appel aux services de celui de Cathay Pacific, situé dans la partie rénovée du terminal 2A. On peut y dîner. Ce qui est appréciable avant un court vol de nuit.

A Muscat : avant l'ouverture d'un nouveau terminal d'ici à la fin de l’année, le salon actuel offre Spa et massages, espaces de repos, de travail ou encore de jeux pour les enfants. Outre les classiques dattes et café, on peut déguster un repas complet avec un beau choix de plats chauds ou froids. Pour les passagers de la classe économique, moyennant un peu moins de trente euros, un accès à un autre salon aux fauteuils profonds et buffets fournis est possible. En revanche, le Plaza Premium Lounge, réservé aux autres compagnies qu’Oman Air, est sinistre comme une caserne.

L'embarquement

A Paris : à Roissy-CDG, la porte d’embarquement, généralement la 39 située dans la "cerise", cet appendice du terminal 2A, est assez loin du salon.

A Muscat : en attendant le nouvel aéroport, il faut prendre une navette routière.

Le confort

La ligne est assurée depuis quelques semaines uniquement en Boeing 787 Dreamliner. A l’aller, comme c’est le cas trois jours par semaine, le vol était assuré par un avion loué à Kenya Airways à la configuration nettement moins confortable que celle de l’appareil propriété d’Oman Air utilisé au retour. Mais ce dernier deviendra quotidien le mois prochain offrant 258 places en classe économique et 30 sièges affaires sur le 787-9. Ceux-ci sont disposés 2-2-2 avec accès à l’allée.

Les mini-suites sont cloisonnées offrant une vraie intimité. De nombreux rangements sont prévus dont un pour le casque audio, une table pratique et facile à déployer, une tablette à cocktail, etc. La commande d’inclinaison du siège est simple et bien positionnée, accessible même en position couchée. Une trousse de confort très complète et de belle facture est distribuée.

La gastronomie

Deux membres du personnel de cabine sont dédiés au service en classe affaires, sans compter ceux chargés de la préparation du service et des plateaux dans les galleys (kitchenettes). Le service à l’assiette pourrait être rapide. Il ne l’est pas car cela ne semble pas être une priorité, ce qui est dommage lors d’un vol de nuit court. Le menu est séduisant avec notamment des mezzés et une volaille cuisinée à la omanaise. Les vins sont français, italiens, australiens et néo-zélandais.

Les divertissements

L’accès à Internet payant n’est pas possible pendant tout le voyage, certains pays comme l’Iran n’autorisant pas de connexion pendant le survol. Outre la prise désormais classique de 110 Volts, deux prises USB sont disponibles. Les écouteurs ANR sont de marque à réduction de bruit. Toutefois, l’écran de 17 pouces n’est pas tactile. La télécommande ressemblant à un smartphone est située dans l’accoudoir.

Le programme de divertissement Thales, commun à toutes les classes, compte une quinzaine de films dont deux en français, des programmes TV, des séries pour les enfants, même si l’offre audio est un peu faible.

Les tarifs

L'aller-retour Paris-Oman en classe affaires est à partir de 1 982€ (promotion offre duo) et de 569€ en classe économique (tarif semi-flex).

Testé par Thierry Vigoureux les 13 et 15 décembre sur les vols WY 132 et WY 131

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format