Menu
S'identifier
Transport

Vol AF447 Rio-Paris : l'enquête des juges est terminée


Publié le : 03.07.2014
{ element.images.0.titre }}
I Crédit photo

Cinq ans après le crash, la contre-expertise a été présentée hier aux familles par les juges d’instruction.

Les juges chargés de l'enquête sur la catastrophe aérienne du vol d'Air France Rio-Paris en juin 2009 ont terminé leurs investigations. La nouvelle expertise, réalisée essentiellement par des pilotes ou ingénieurs suisses ou venant de Dassault Aviation, a été présentée hier à Paris et détaillée aux familles des victimes. 

Si la présentation sur la forme change par rapport aux rapports du BEA et à celui du premier collège d’experts, les données de fond restent et montrent toujours un givrage des sondes de Pitot entraînant une perte de l’affichage de la vitesse. Puis, l’équipage déconcerté n’a pas su traiter cette panne, considérée comme basique en aviation, et a amené l’avion au décrochage.

Vers un renvoi en correctionnelle ? 

Ce sera ensuite aux avocats d’Air France et d’Airbus, actuellement mis en examen, de montrer ou de démonter les responsabilités dans cet enchaînement dramatique ayant provoqué la disparition des 228 personnes présentes à bord. Les familles de victimes, après cet exposé, sont persuadées qu’Airbus et Air France seront renvoyés en correctionnelle. Celles-ci craignaient un moment que les charges contre Airbus ne soient pas suffisantes. Ce renvoi est donc dans les mains des juges d’instruction et pourrait intervenir à l’automne.

Au Palais de justice de Paris, la juge d’instruction Eva Zimmerman doit prendre sa retraite à la fin de l’année. Si d’ici là l’instruction n’est pas bouclée avec le renvoi, probable, d’Airbus et d’Air France devant la chambre correctionnelle du tribunal de grande instance de Paris, un nouveau juge d’instruction sera nommé. Il devra reprendre l’enquête, pourra nommer de nouveaux experts pour se faire son intime conviction. Au bas mot, trois ans de perdus…

Air France, qui indique ne pas avoir connaissance de charges précises retenues contre elle, rappelle, dans un communiqué, que le dossier pénal ne pourra être utilement examiné au fond par un tribunal tant que la chambre de l'instruction de la Cour d'appel de Paris ne se sera pas prononcée sur le recours en nullité déposé par la Compagnie du rapport de contre-expertise judiciaire demandé par Airbus. La compagnie ainsi que le Syndicat national des pilotes de ligne souhaitent aussi que de nouvelles expertises soient réalisées.

Thierry Vigoureux 

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format