Menu
S'identifier
Transport

Surcharge GDS : Air France va facturer 11 euros par aller simple


Publié le : 03.11.2017 I Dernière Mise à jour : 03.11.2017
{ element.images.0.titre }}
I Crédit photo La surcharge de 11 euros s'appliquera dès lors qu’un segment marketing d'Air France, Hop! ou KLM (Transavia n’est pas concernée) est utilisé dans l’itinéraire. ©Adobe Stock

La compagnie a confirmé ce matin, à l'occasion de la publication de ses résultats trimestriels, la mise en place d'une surcharge de distribution à compter du 1er avril 2018.

Air France-KLM suit la tendance et confirme la mise en place d'une surchage de distribution sur les réservations par GDS. Dès le mois janvier prochain, les agents de voyages pourront accéder, réserver et vendre Air France-KLM en utilisant une API (Application Programming Interface) au format NDC. Ce nouveau standard de distribution, développé par Iata, permet la mise à disposition de contenus riches, d'offres personnalisées et facilite la vente de produits annexes (ancillary services).

Puis, à partir du 1er avril 2018, Air France-KLM va déployer un outil de réservation dédié aux agents de voyages, l’Agent Booking Tool, accessible via le site agentconnect.biz.

Les agents de voyages continueront d’accéder à l’offre du groupe via les systèmes de distribution mondiaux (GDS). Néanmoins, "comme ce modèle représente des coûts plus élevés, Air France-KLM va appliquer une surcharge de distribution de 11 € par aller simple sur les ventes en GDS. Cette surcharge couvrira le différentiel de coûts entre les GDS et les coûts équivalents observés en vente directe Air France-KLM", annonce le groupe à Tour Hebdo.

Notons que cette surcharge s'appliquera dès lors qu’un segment marketing d'Air France, Hop! ou KLM (Transavia n’est pas concernée) est utilisé dans l’itinéraire. Son montant est susceptible d'évoluer dans le temps. Cette surcharge ne s'appliquera pas aux nouveaux outils comme la norme NDC, l’Agent Booking Tool ou les canaux de vente directe d'Air France-KLM.

Le redressement des résultats d'Air France KLM se poursuit

La compagnie a fait cette annonce ce matin à l'occasion de la publication de ses résultats du 3ème trimestre. Grâce à un accroissement de passagers transportés et à une amélioration de la recette unitaire, la compagnie affiche un résultat d'exploitation de 1,02 milliard d'euros, en forte hausse de près de 39% par rapport à la même période de 2016.

Le résultat net part du groupe s'établit à 552 millions d'euros, tandis que le cash-flow libre d'exploitation, largement négatif un an plus tôt, revient dans le vert à hauteur de 125 M€. Le chiffre d'affaires a progressé de 5,1%, à 7,235 Mds€.

La progression de la rentabilité provient pour la majeure partie de la hausse des recettes unitaires et, pour une moindre part, de l'effet kérosène. L'amélioration de la situation opérationnelle a un impact direct sur le bilan, avec une dette nette qui a reculé de 859 M€ depuis le début de l'exercice, pour atteindre 2,8 Mds€ au 30 septembre. La dette nette ajustée a diminué de 656 M€ à 10,5 Mds€.

Cet aspect est important pour la politique d’investissements à venir, notamment l’acquisition de nouveaux avions et la rénovation des autres.

Un quatrième trimestre optimiste

La demande reste dynamique mais le contexte géopolitique est incertain, souligne le groupe. L'optimisme demeure malgré tout, comme le prouve la hausse des capacités du quatrième trimestre 2017, qui sera de 3 à 4% pour le réseau et de 6 à 7% pour Transavia.

La visibilité est bonne avec les retour des clientèles asiatiques : la variation de la recette unitaire est prévue également positive pour le quatrième trimestre. Pour le PDG, Jean-Marc Janaillac, "Air France-KLM est en bonne voie pour atteindre les objectifs stratégiques de Trust Together de croissance des recettes et d'amélioration de la compétitivité".

Le 6 novembre, le dirigeant doit présenter le nouveau programme de fidélisation Flying Blue qui doit fonctionner encore un peu plus avec deux paramètres, le statut (ivoire, silver, gold, etc.) et les miles acquis, proportionnels plus au prix du billet qu’à la distance parcourue.

Les résultats de Transavia s'envolent

Transavia, la low-cost du groupe, a enregistré un chiffre d'affaires en hausse de 13%, à 555 millions d'euros avec une capacité en hausse de 3,9% et un taux de remplissage de 92,8% en progression de 1,6%. Si le groupe souligne sa "performance remarquable" en France et aux Pays-Bas, sans distinguer la part revenant à l’une et à l’autre avec des modèles économiques un peu différents, ces deux branches dégageront "un résultat d'exploitation positif en 2017".

Enfin, le bonus fourni par la baisse de la facture carburant au cours des derniers trimestres doit être surveillé car il est en train de s'estomper. Par chance, le ratio euro/dollar va dans le sens inverse. La facture peut même augmenter au quatrième trimestre de 100 M$ tout en restant stable en euros. Sur 2018, le groupe table pour l'instant sur une facture carburant stable en euros mais en hausse de 300 M$ par rapport à 2017, sur la base des prix à terme actuels du baril.

Thierry Vigoureux

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format