Menu
S'identifier
Transport

Quelles grèves sont à craindre en juin ?


Publié le : 01.06.2016 I Dernière Mise à jour : 01.06.2016
{ element.images.0.titre }}
Les retards dans la livraison des bagages sont une des conséquences des grèves du personnel au sol. ©Petr Kratochvil I Crédit photo

Contrôleurs aériens, pilotes, personnel au sol sont susceptibles d’arrêter le travail, mais on ne sait pas toujours quand.

Les syndicats de contrôleurs aériens qui ont déposé des préavis pour une grève du 3 au 5 juin étaient toujours aujourd’hui en négociation à la Direction générale de l’aviation civile. Cela concerne essentiellement les effectifs. Si la grève a lieu, les allègements de trafic qui seront demandés aux compagnies aériennes seront connus demain.

Quand et comment les pilotes d’Air France feront-ils la grève prônée par le SNPL ? Cette grève peut durer six jours ou plus, être divisée en deux fois trois jours, ou encore six fois une journée, celles, par exemple, de l’Euro de foot, enjeu de nombreuses tractations. Dans tous les cas, la loi Diard demande aux grévistes de se déclarer 48 heures à l’avance pour permettre à Air France d’annoncer la veille son programme.

Un autre appel à la grève pour protester contre la loi Travail a été lancé pour le 7 juin par des sections CGT, FO et Sud-Aérien de la plate-forme de Roissy-Charles-de-Gaulle. Cela concernerait donc toutes les compagnies aériennes de l’aéroport.

Les retards dans la livraison des bagages sont une des conséquences des grèves du personnel au sol. Pas seulement. A Nantes, dans un avion venant de Casablanca, les bagages ont été laissés dans la soute pour qu’ils repartent au Maroc. Ils y seront désinfectés car ils étaient remplis de vers venus de viandes avariées chargées lors d’une précédente escale africaine.

Plus de temps pour sortir du terminal

Autre contrainte que doit intégrer le passager lors du calcul de son temps de déplacement, de très nombreux vols Schengen sont désormais contrôlés par la Police aux frontières, état d’urgence oblige. Première conséquence, l’avion arrive à son poste habituel où les passagers débarquent par la passerelle. Mais ils doivent parfois reprendre un bus pour rejoindre une porte de débarquement donnant accès aux postes de contrôle. Puis, comme les effectifs de police ne sont pas prévus en conséquence, il faut parfois faire la queue pour présenter sa carte d’identité. C’est très pénalisant pour un passager sans bagage de soute qui peut d’habitude sortir du terminal en cinq minutes. Ces mesures seront croissantes à l’approche de l’Euro de foot.

Par ailleurs, on sait qu’aujourd’hui (et demain) le RER B tourne au ralenti, ce qui impacte les dessertes de Roissy-CDG au nord et d’Orly au sud. A prendre en compte, les blocages routiers des accès aux aéroports, comme aujourd’hui à Clermont-Ferrand, nécessitent de revoir sa stratégie de déplacement.

Thierry Vigoureux

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format