Menu
S'identifier
Transport

Mahan Air ou les contraintes des ailes iraniennes


Publié le : 03.07.2017 I Dernière Mise à jour : 03.07.2017
{ element.images.0.titre }}
I Crédit photo Mahan Air relie Téhéran à Paris depuis un an ©MahanAir

La compagnie privée relie Téhéran à Paris depuis un an.

Séquelles de l’embargo occidental et traditions musulmanes ne facilitent pas les opérations des compagnies iraniennes désormais autorisées à voler dans le monde. Mahan Air, première compagnie privée, dessert Roissy-CDG depuis le 20 juin 2016 à raison de trois fréquences (lundi, mercredi et samedi). Cet hiver, le vol du lundi devrait glisser au jeudi, ce qui répondrait mieux aux attentes des voyagistes. Lors de cette première année, 40 000 passagers ont été transportés entre Paris et Téhéran avec un remplissage moyen modeste de 50%.

Horaires et tarifs ne s’affichent pas en GDS car le système bancaire iranien n’a toujours pas établi de relation avec les institutions financières internationales et ses dérivés comme les centrales de réservation. Pour organiser un voyage individuel ou en groupe, il faut s’adresser au système de réservation propre de Mahan Air dont APG est le correspondant en France. Les tarifs sont attractifs, à partir de 303 euros A/R en classe économique et 1 086 euros en affaires. Des offres concurrentielles sont proposées vers Bangkok et Shanghai, les deux destinations en correspondance à Téhéran les plus prisées sur le marché français.

A bord, ni alcool, ni vidéos

A l’aéroport de Roissy-CDG T1 (satellite 5), le vol décolle à 11h50 pour arriver à Téhéran à 20h10 et bénéficier des nombreuses correspondances notamment vers la Chine. C’est moins pratique pour les vols domestiques car il faut gagner un autre aéroport à 30 km. Au retour, le vol décolle à 6h45 et atterrit à Paris à 10h20. A CDG, Mahan Air donne accès au salon affaires Icare où l’on peut boire de l’alcool. Dans l’avion, il n’y en a pas, mais le port du foulard pour les femmes n’est pas obligatoire. Il le deviendra dès le premier pied posé sur le tarmac de Téhéran. Autre contrainte de l’islam, le système de divertissement de vidéo n’est pas actif, les images et les films étant souvent incompatibles avec la religion. De même, internet à bord par satellite, incontrôlable donc interdit, n’est pas d’actualité. Les retours des passagers auprès des voyagistes sont néanmoins positifs, la qualité du catering et la gentillesse du personnel étant appréciés. Précisons que Mahan Air, bien que compagnie Iata depuis 2000 mais non membre du BSP, a réussi avec succès l’audit de sécurité  Iosa de la fédération internationale du transport aérien.

La plupart des vols internationaux sont assurés en Airbus A340-600, au nombre de sept, issus de la flotte de Virgin Atlantic, dont ils ont conservé la configuration tricabine avec 45 sièges-lits de dernière génération en classe affaires, 38 sièges en Premium Economy et 225 en classe économique. Notons que la Premium Economy aux sièges plus larges et plus espacés n’est pas accessible à la réservation mais proposée lors de l’enregistrement à l’aéroport moyennant un supplément de 50 euros.

Thierry Vigoureux

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format