Menu
S'identifier
Transport

Lufthansa compense l’arrêt d’airberlin


Publié le : 09.10.2017 I Dernière Mise à jour : 09.10.2017
{ element.images.0.titre }}
Lufthansa et Eurowings prennent le relais d'airberlin sur le long-courrier. I Crédit photo ©Bene Riobó/Wikipedia

La compagnie et sa filiale low cost Eurowings ajoutent des vols long-courriers notamment au départ des régions.

La faillite d’airberlin, deuxième compagnie allemande, annoncée en septembre dernier, crée un vide sur le réseau international au départ d’Allemagne. Lufthansa et sa filiale low cost Eurowings s’empressent de le combler, quitte à donner quelques coups de canif dans sa stratégie de hubs. C’est le cas des nouveaux vols Berlin-New York cinq jours par semaine. Un symbole, car aucun long-courrier de Lufthansa ne stationnait à Berlin depuis 2001. Düsseldorf-Miami sera assuré trois fois par semaine à compter du 8 novembre.

Mais à l’été 2018, Berlin-New York et Düsseldorf-Miami de Lufthansa vont rentrer dans le rang et seront transférés vers Eurowings, ajoutant l'aéroport de Berlin-Tegel aux opérations long-courriers de la low cost. Ainsi, Lufthansa ne se dispersera pas et n’opèrera qu’au départ de Francfort et de Munich vers le réseau international.

Dans le groupe Lufthansa, le point à point est dévolu à Eurowings qui développera ses liaisons long-courriers dans son prochain programme de vols de l’été 2018. On note ici une différence de stratégie entre Air France/Joon et Lufthansa/Eurowings. Cette dernière vole au départ de la province allemande alors que Joon reste dans le pré-carré d’Air France au départ de Roissy-CDG.

Des correspondances avec les aéroports français peu commercialisées

En renforçant sa flotte qui, à terme devrait comporter dix appareils, Eurowings aura une présence particulièrement forte dans la région de la Rhénanie-du-Nord-Westphalie à Düsseldorf (qui intéresse aussi le Benelux) et à Cologne. Elle desservira des destinations du monde entier ; non seulement celles à fort trafic des États-Unis, mais aussi les Caraïbes et l’Extrême-Orient. A partir du 8 novembre, un septième appareil long-courrier, dans un premier temps, opérera des vols depuis Düsseldorf vers les Caraïbes.

Des correspondances avec les aéroports français sont-elles prévues ? "C’est très peu commercialisé sur le marché français et le vol de bout en bout n’est pas prévu", nous expliquait récemment Michael Gloor, à la tête des activités commerciales du groupe Lufthansa en France. La stratégie reste affirmée ici : le transit au départ de Paris et des régions n’a de salut que par les hubs de Francfort et de Munich.

Thierry Vigoureux

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format