Menu
S'identifier
Transport

Les compagnies américaines s’engagent à réduire le surbooking


Publié le : 03.05.2017 I Dernière Mise à jour : 03.05.2017
{ element.images.0.titre }}
I Crédit photo L'incident du 9 avril à bord d'un avion United a fait le tour de la Toile et des médias. ©Wikimedia

Les dirigeants de United, American, Southwest et Alaska Airlines promettent des réformes pour diminuer le nombre de refus d’embarquement.

Quatre compagnies aériennes américaines ont passé leur grand oral hier face aux parlementaires du Congrès. De hauts responsables de United, American, Southwest et Alaska Airlines étaient convoqués à une audition à la Chambre des représentants avec un sujet en tête de l'ordre du jour : comment réduire les surréservations, qui consistent à vendre plus de billets que de sièges disponibles sur un vol afin de prendre en compte les passagers qui ne se présentent pas ?

Le PDG de United, Oscar Munoz, a une nouvelle fois fait amende honorable pour l'incident du 9 avril quand un passager, David Dao, a été débarqué de force d'un vol à Chicago pour libérer un siège au profit de personnels de la compagnie.

Il a énuméré les réformes engagées, notamment la hausse du montant compensatoire maximum, passant à 10 000 dollars au lieu de 1 350 dollars, pour inciter un passager à céder sa place sur un vol surbooké, ainsi que de nouvelles formations pour les employés.

Chez American Airlines, "nous n'avons pas fixé de limite", a déclaré Kerry Philipovitch, directrice de l'expérience client. Et comme United, American s'engage à ne plus jamais faire descendre contre son gré un passager déjà assis dans un avion.

Southwest renonce au surbooking

De son côté, le directeur commercial de Southwest Airlines, Robert Jordan, a confirmé que la compagnie renoncerait complètement au surbooking à partir du 8 mai. Selon lui, un nouveau système de réservation permettra de mieux prédire les "no-shows".

Tout en détaillant leurs réformes afin de réduire au minimum le nombre de refus d'embarquement, les dirigeants de United et d'Alaska ont défendu le recours inévitable aux surréservations. En 2016, selon le directeur de la communication d'Alaska Airlines, le recours aux surréservations a permis de faire voyager 675 000 passagers supplémentaires. "Rendre disponibles ces sièges supplémentaires nous permet de garder des tarifs bas", a-t-il déclaré aux élus.

C.P. (avec AFP)

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format