Menu
S'identifier
Transport

Egyptair : un deuxième navire de recherche arrive sur la zone du crash


Publié le : 10.06.2016
{ element.images.0.titre }}
I Crédit photo L'épave du vol MS804 d'Egyptair qui s'est crashé en Méditerranée le 19 mai dernier n'a toujours pas été retrouvée. ©Googlemaps

En théorie, il reste dix jours d’autonomie de l’émetteur des boîtes noires. Pour l'heure, aucun élément ne permet de trancher sur les causes du crash, acte malveillant ou défaillance technique...

Demain, la prospection devrait changer de vitesse avec l’arrivée du John Lethbridge sur la zone du crash de l’Egyptair Paris-Le Caire en mer Méditerranée. 66 personnes ont disparu dont 15 Français lors du crash du vol MS804 dans la nuit du 18 au 19 mai dernier.

Le navire spécialisé de la société Deep Ocean Search (DOS), affrété par l’Égypte, permet la prospection en eaux ultra-profondes. Il est équipé notamment d’un sonar à balayage latéral. Etablir une imagerie des fonds va être une de ses premières missions, pour voir s’il s’agit d’une plaine, de collines ou de hauts sommets, ce qui compliquera ou non la découverte des boîtes noires. Son robot sous-marin peut aller au-delà de 3 000 mètres de fond, emportant une caméra et un hydrophone.

Les équipes de DOS ont travaillé notamment sur la remontée des enregistreurs de vol de l’AF447 Rio-Paris. Les spécialistes indiquent qu’on ne peut guère attendre de résultat avant deux semaines.

Les fumées : acte malveillant ou défaillance technique?

Trente jours, c’est la durée réglementaire d’émission de la balise radio associée aux boiîes noires. Aussi, le chrono décompte le temps depuis le crash le 19 mai au petit matin du vol Paris-Le Caire. Il reste donc, en principe, une dizaine de jours avant l’extinction du signal. En fait, on compte un peu plus d’autonomie pour la pile.

Le 1er juin, le Laplace, un bâtiment hydrographique de la Marine nationale française envoyé sur place, avait capté un "ping", un signal transmis par l’émetteur d’un des deux enregistreurs de vol. "Cela permet de préciser la position de l’épave et de la localiser à un ou deux kilomètres près", a indiqué ce matin Rémy Jouty, le directeur du BEA, lors d’une réunion avec des journalistes aéronautiques. Le bateau français continue sa prospection.

A ce jour, les messages ACARS reçus au sol juste avant le crash font état de fumées. C’est à peu près le seul élément technique de l’enquête. Sont-elles la cause d’un acte malveillant ou la conséquence d’une défaillance technique ? Seule la lecture des boîtes noires ou l’examen de l’épave permettra de trancher.

Thierry Vigoureux

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format