Menu
S'identifier
Transport

Corsica Linea part à la reconquête des TO et agences de voyages


Publié le : 11.10.2016 I Dernière Mise à jour : 11.10.2016
{ element.images.0.titre }}
I Crédit photo Pierre-Antoine Villanova, directeur général de Corsica Linea, aujoud'hui à Marseille. ©Nathalie Bureau du Colombier

Fondée en début d’année suite à la reprise de la SNCM, Corsica Linea prévoit 500 000 passagers en 2016 dont 300 000 sur les lignes de Corse.

Avec des tarifs en baisse de près de 15% et un taux de remplissage en hausse à la basse saison, le nouveau directeur général de Corsica Linea, Pierre-Antoine Villanova, prévoit de clore l’année avec 500 000 passagers. 300 000 passagers sont comptabilisés sur les lignes de Corse et 200 000 sur les lignes de Tunisie et d’Algérie, en hausse de 15%.

La compagnie qui a tenté une incursion en Sardaigne à partir de juillet n’est pas mécontente des 4 000 passagers enregistrés sur cinq allers-retours. Elle prévoit de rééditer l’expérience en 2017 (avec dix traversées).

20% de traversées en plus en 2017

"L’année prochaine, nous proposerons 20% de traversées en plus (soit 1 733 traversées) avec la même flotte, ce qui devrait nous permettre de capter 100 000 voyageurs supplémentaires et accroître les quotas pour les groupes", annonce le directeur qui engagera des actions ciblées auprès des TO Corses (Ollandini, Corsicatours). Le dirigeant s’est donné comme objectif de reconquérir la clientèle de groupes auprès des agences de voyage et des TO.

Terrassée ces dernières années par le rouleau compresseur Corsica ferries qui désormais concentre à elle seule 80% de parts de marché sur la Corse, le repreneur de la SNCM envisage une reconquête des trafics réaliste. "Nous sommes à 10% et nous visons entre 15% de parts de marché en 2017", prévoit le dirigeant. A long terme, il vise néanmoins le cap des 30%.

20 M€ de travaux de rénovation et de maintenance

La compagnie maritime à la tête d’une flotte de six navires (ferries et cargo-mixtes) a annoncé la cession pour 10 M€ des Paglia Orba et Monte d’Oro à l’Office des transports de la Corse.

"Nous n’irons pas au delà", tranche M. Villanova. Une cession qui ne devrait pas intervenir avant la fin 2017, le tribunal de commerce de Marseille ayant interdit au repreneur de la SNCM, toute cession d’actifs durant deux ans.

En dépit de la vente annoncée, 20 M€ de travaux de rénovation (bars, restaurants) et de maintenance seront engagés sur le Paglia Orba et le Méditerranée au cours des deux ans à venir. Le car-ferry dédié à l’international sera même équipé de machines à sous.

"Nous ne sommes ni Véolia, ni Transdev mais nous investissons", tacle le digérant qui représente les actionnaires fédérés au sein de C.M Holding.

Une holding dont Patrick Rocca détenait en janvier 100% du capital et qui doit désormais se contenter d’un quinzième des parts de la société, à égalité avec les patrons corses. Corsica Linea qui emploie 875 salariés en CDI devrait réaliser 170 M€ de chiffre d'affaires en 2016.

Nathalie Bureau du Colombier

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format