Menu
S'identifier
Transport

Contrôles allégés aux Etats-Unis : Lufthansa participe à TSA PreCheck


Publié le : 05.09.2016 I Dernière Mise à jour : 05.09.2016
{ element.images.0.titre }}
I Crédit photo Lufthansa joue la carte du programme de sécurité allégé à l'entrée aux Etats-Unis avec TSA PreCheck. ©DR

Le groupe aérien allemand permet à certains de ses passagers de bénéficier du programme américain.

Lufthansa devient la première compagnie aérienne européenne à rejoindre le programme américain TSA PreCheck. Depuis le 31 août, certains passagers volant avec Lufthansa, ou l'une des compagnies du groupe, peuvent bénéficier d'un passage simplifié aux contrôles de sécurité dans plus de 180 aéroports américains. Un total de 18 compagnies aériennes participent au programme, dont 3 autres compagnies non américaines, Aeromexico, Air Canada et Etihad Airways.

Concrètement, les passagers inscrits et acceptés par le programme TSA PreCheck se voient apposer un code-barres distinctif sur leur carte d'embarquement. Lorsque celle-ci est scannée avant le passage de la sécurité, les passagers peuvent alors être dirigés vers une ligne dédiée plus rapide.

Les passagers estampillés TSA PreCheck sont ainsi autorisés à passer le portique de sécurité en conservant leurs chaussures, leur ceinture et leur veste. Ils ne doivent plus non plus sortir systématiquement leur ordinateur portable ou les flacons de liquide de leur bagage cabine.

Un programme écarté en France pour "protection des libertés individuelles"

Pour bénéficier de cet allègement de la procédure, il faut au préalable avoir souscrit au programme TSA PreCheck, moyennant un abonnement de 85$ pour cinq ans. Mais le seul paiement de cette inscription ne suffit pas puisque le programme TSA PreCheck se destine uniquement aux citoyens américains et aux étrangers qui résident aux Etats-Unis avec un titre de séjour en cours de validité.

A cela s'ajoutent les passagers étrangers qui bénéficient déjà de Global Entry, un programme de simplification de l'entrée aux Etats-Unis mis en place en décembre 2014 et qui s'adresse aux citoyens et résidents américains ainsi qu'à ceux de huit pays, dont le Royaume-Uni et l'Allemagne mais pas la France.

Les passagers français ne devraient d'ailleurs pas pouvoir bénéficier de ces programmes dans l'immédiat. Dans une réponse à une question écrite posée par le député et ancien secrétaire d'Etat au Tourisme Frédéric Lefebvre, publiée en février 2015 au Journal officiel, le gouvernement a précisé que, "dans un souci de protection des libertés individuelles, il a été convenu de ne pas donner l’accès de nos fichiers de police aux autorités américaines. Cette investigation restera du ressort des autorités françaises, ce qui permet une maîtrise complète des fichiers concernant nos ressortissants".

Et le gouvernement français de l'époque de conclure "qu'il est encore prématuré d’envisager un calendrier de lancement du projet".

Didier Forray

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format