Menu
S'identifier
Transport

Ce que l'on sait déjà des services à bord de Joon


Publié le : 26.07.2017
{ element.images.0.titre }}
L'uniforme des personnels navigants se veut à l'image des futurs clients de Joon, décontracté. I Crédit photo ©Joon/Air France

L'ensemble des produits proposés à bord des avions de la nouvelle filiale d’Air France sera révélé en septembre prochain mais on a déjà quelques informations.

Joon, la nouvelle filiale à coûts réduits d'Air France, démarrera ses vols moyen-courriers en octobre. Le long-courrier attendra l’été Iata suivant. Les destinations et les gammes tarifaires ne seront révélées qu’en septembre, à l’occasion de l’IFTM-Top Resa. Mais le modèle Joon pourrait ne pas s’appuyer majoritairement sur les ventes en GDS. Les dirigeants d’Air France rabâchent que la cible visée, les millennials, ces 18-35 ans exigeants et connectés, va réserver sur internet, éventuellement en dernière minute.

Deux classes – premium economy et économique – séparées par un rideau seront accessibles sur les A321 qui vont desservir Roissy-CDG depuis l’Europe. C’est probablement la couleur du rideau qui différenciera essentiellement Joon d’Air France pour l’équipement avion, ainsi que l’uniforme sportif. Une source d’économies en puisant dans le prêt-à-porter et non plus en commandant des créations de grands couturiers.

Les faisceaux desservis ne sont pas encore connus mais la taille des avions (212 sièges) laisse penser que de grandes métropoles européennes seront desservies. Un partage de codes est d’ailleurs prévu entre Joon et Air France. A bord des A321 est évoquée la possibilité de se connecter. 

Joon volera sur les destinations non rentables d'Air France

Trois classes – affaires, premium economy et économique – sont prévues à bord des long-courriers, de vieux A340 de la flotte Air France qui seront remplacés à partir de 2019 par des A350 neufs. Le réseau sera constitué au deux-tiers de destinations (Bangkok, Japon, Rio de Janeiro, Buenos Aires, Bamako) où les vols Air France ne sont pas rentables et à un tiers de nouvelles destinations.

Les coûts opérationnels de Joon devraient être 15 à 18% inférieurs à ceux de la maison-mère et, en partie, répercutés sur les billets. L’Amérique du Nord où la JV avec Delta et KLM fonctionne bien semble être exclue des dessertes.

La configuration cabine des long-courriers devait être classique et ne pas comporter, comme annoncé en novembre, des couchettes en soute. Il y aura, en revanche, en classe affaires des sièges-lits plats qui n’auront pas tous accès à l’allée. Et il faudra partager les toilettes avec l’équipage, ce qui avait fait l’objet de plusieurs semaines de négociations syndicales.

Joon se veut être un laboratoire pour Air France et des lunettes vidéo 3D pour regarder un film pourront être louées. Une nouvelle compagnie qui ne plaît guère à KLM. Le président du comité d'entreprise Jan-Willem van Dijk estime ainsi que "la croissance de KLM menace d'être amputée en faveur de celle d'Air France" par une montée en puissance de Joon... A la rentrée, le décollage pourrait bien être compliqué.

Thierry Vigoureux

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format