Menu
S'identifier
Transport

Air France prévoit la livraison de deux Boeing B787


Publié le : 04.05.2016 I Dernière Mise à jour : 04.05.2016
{ element.images.0.titre }}
I Crédit photo Le SNPL a voté le recours à tous les moyens, y compris la grève, pour lutter contre l'application par la direction de l'intégralité du plan Transform 2015. ©DR

C’est une des mesures prises hier par le conseil d'administration avec l’application autoritaire aux pilotes du solde du plan Transform 2015.

La croissance – modeste – du réseau long-courrier d’Air France semble, à nouveau, être à l’ordre du jour. Il ne s’agit plus de la hausse de 10% de l’activité long-courrier proposée dans l’accord qu’ont refusé de signer les syndicats de pilotes, mais de l’arrivée de deux Boeing B787, l’un cet automne puis l’autre en début d’année prochaine.

On ne sait encore sur quelles lignes ces avions performants pourraient être engagés. Cela se traduira pour la population de pilotes par de nouvelles qualifications, donc des hausses de salaires.

En même temps, le conseil d’administration d’Air France-KLM a demandé au Pdg d’Air France d’imposer le 1er juin aux pilotes le solde des engagements conclus en 2012 dans le cadre du plan de restructuration Transform 2015. A ce jour, 12% des 20% de gains de productivité sont appliqués.

Le TGI de Bobigny puis la Cour d’appel de Paris ont autorisé Air France à mettre en œuvre ces mesures de manière unilatérale. Cela représente "20 à 30 millions d’euros d’économies par an, soit 2% à 3% de la masse salariale pilotes", précise Gilles Gateau, DRH de la compagnie, gains qui résultent de modifications des modes de rémunération.

Merci la baisse du prix du baril

On ne sait quelle sera la réaction du Syndicat national des pilotes de ligne (SNPL), mais son bureau s’est déjà donné les armes de la riposte. Lors de la dernière réunion de son conseil d’administration, le 20 avril, il avait fait voter une motion autorisant le recours à tous les moyens, y compris la grève, pour s’opposer à toute modification unilatérale des conditions de travail ou de rémunération.

Pourtant, les chiffres montrent toujours la nécessité de réaliser des gains de productivité. Ceux du premier trimestre 2016, publiés aujourd’hui, montrent que les coûts d'exploitation ont certes baissé de 4,9% par rapport à l'année précédente et de 7,6% à données comparables (en éliminant la variation euro/dollar). Mais hors carburant, ils ont augmenté de 2,0% et de 0,3% à données comparables. La baisse du coût du carburant (26% en un an) permet à Air France-KLM d’afficher un Ebitda de 266 millions d'euros, soit une augmentation de 292 millions d'euros.

A données comparables, l'Ebitda s'est même amélioré de 370 millions d'euros grâce notamment à la bonne performance de l'activité Passage réseaux. Au final, la perte nette a été divisée par près de quatre, passant de 559 millions à 155 millions. Merci le baril…

Thierry Vigoureux

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format