Menu
S'identifier
Production

Beachcomber Tours repart de l'avant


Publié le : 18.09.2017
{ element.images.0.titre }}
Bruce McNamara, directeur de la production (à gauche) et Guy Zekri, directeur général (à droite) de Beachcomber Tours. I Crédit photo ©T.Beaurepère

Remis en ordre de marche, le TO étoffe son offre avec de nouveaux produits dans l’océan Indien et en Polynésie et le lancement de la Tanzanie et de la Nouvelle-Zélande. 

Les 25 ans de Beachcomber Tours en 2016 n’ont pas été de tout repos ! Les changements ont en effet été nombreux : reprise en main du tour opérateur par Guy Zekri (ex-Solea), réduction des effectifs de 63 à 48 personnes, avec à la clé de nouvelles têtes ; comme Bruce McNamara à la production (débauché de chez Austral Lagons), David Simon aux ventes et tout récemment l’arrivée de Florence Linbal (Solea) au poste de directeur administratif et financier…

Cette réorganisation vient de s’achever avec un déménagement dans de nouveaux locaux situés à deux pas de la Place de la Bastille avant la migration vers un nouveau système informatique (Amadeus Smart Tour) en janvier prochain. "Il était nécessaire de revoir totalement notre organisation afin de remettre le tour opérateur sur la voie de la rentabilité", explique Guy Zekri.

Mission presque réussie ! Pour l’exercice 2017, qui s’achève à la fin du mois de septembre, Beachcomber Tours devrait réaliser 44 M€ de chiffres d'affaires (contre 42 M€ un an plus tôt), avec environ 15 000 passagers. Et après 1,25 M€ de pertes, "le résultat sera légèrement déficitaire cette année", complète Guy Zekri.

Une production enrichie de 65%

En ordre de marche, le spécialiste ira à la rencontre des agences de voyages cet automne à l’occasion d’une vaste tournée dans 55 villes, afin de leur présenter la production 2017/2018 enrichie de 90 pages supplémentaires dans les deux brochures qui arborent un look "plus magazine" ! La première fait la part belle aux adresses maison de l’île Maurice, avec six pages de description pour chaque hôtel Beachcomber (au nombre de 8), dont le Canonnier qui rouvre ses portes après une rénovation complète.

L’offre aux Seychelles et à La Réunion est fortement développée, avec de nouvelles adresses, tant sur le luxe (comme les hôtels Constance et les croisières aux Seychelles) que sur les petits hôtels de charme, pensions de famille et maisons d’hôtes. "Nous voulons être perçu comme un vrai spécialiste de tout l’océan indien", explique Bruce McNamara, directeur de production. Pour compenser une éventuelle baisse du panier moyen liée à ces hébergements meilleurs marchés, le tour opérateur complète son offre avec 80% d’excursions supplémentaires.

A La Réunion, l’offre passe de 7 à 27 hôtels, auxquels il faut ajouter plu d’une centaine de chambres d’hôtes accessibles à la demande. Par ailleurs, deux nouveaux autotours s’ajoutent aux trois existants, dont "Réunion Trankil" avec 7 nuits dans un même hébergement et voiture avec chauffeur. 

Surtout, Beachcomber Tours innove en lançant la Tanzanie, proposée seule (sept circuits de 3 à 7 nuits) ou en combiné avec Zanzibar.  A noter que cette brochure océan Indien inclut également des hôtels dans les Emirats (Dubaï, Abu Dhabi, Oman) et, plus original, l’hôtel French Riviera sur la côte d’Azur (près de Cannes), que Beachcomber a récupéré en gestion. Ce dernier fera également l’objet d’un tiré à part, tout comme l’ancien Beachcomber de Marrakech, toujours propriété du groupe mais confié en gestion à Fairmont.

20 pages supplémentaires sur la Polynésie

La seconde brochure dédiée plus particulièrement à la Polynésie voit elle aussi sa pagination s’envoler, avec 20 pages supplémentaires dédiées à Tahiti et ses îles, là encore avec l’ajout d’hébergements de charme. A cette offre, qui était déjà complétée par l’ouest américain (hôtels en Californie et à Las Vegas, circuits dans les parcs), Beachcomber Tours ajoute cette année la Nouvelle-Zélande (7 pages).

"Une manière de répondre à la demande des voyageurs qui rejoignent la Polynésie en transitant par Auckland", explique Bruce McNamara. Dans le même esprit, un tour du monde de 20 jours/16 nuits est ajouté (Chine, Nouvelle-Zélande, Tahiti, Californie), à partir de 4650 €. Fort de ces nouveautés, Beachcomber Tours espère une croissance de son chiffre d’affaires de 8% et un retour aux bénéfices en 2018.

Thierry Beaurepère

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format