Menu
S'identifier
Production

Alpitour débarque en France sur la pointe des pieds


Publié le : 16.05.2017 I Dernière Mise à jour : 16.05.2017
{ element.images.0.titre }}
I Crédit photo L’arrivée en France d’Alpitour a été officialisée ce matin par Patrice Cardec. ©TB

Dirigée par Patrice Caradec, la filiale hexagonale du TO italien s’appuie sur ses Bravo Clubs pour séduire les Français. Une offre de sept clubs sera accessible aux agences dès cet hiver.

Annoncée par Tour Hebdo dès le 5 mai, l’arrivée en France d’Alpitour a été officialisée ce matin, à l’occasion d’une conférence de presse. Leader en Italie, le groupe qui fête cette année ses 70 ans et pèse  1,14 milliard d’euros vient de créer une filiale française, dirigée par Patrice Caradec (ex patron de Transat France).

Immatriculée le 2 mai auprès d’Atout France, l’entreprise est basée à Maisons-Alfort (94). Son capital sera prochainement porté à 5 millions d’euros, détenu par la maison mère et pour environ 15% par cinq personnes de l’équipe dirigeante. Autour de lui, Patrice Caradec a fédéré une petite équipe de 9 personnes, dont Sébastien Mano (ex directeur des ventes groupes de Look Voyages) qui occupe la fonction de directeur commercial, et Romaric Bau (ex Selectour et Transat France) qui prend le poste de directeur e-commerce et marketing.

Du tout inclus, familial et festif

L’arrivée d’Alpitour en France se fait sur la pointe des pieds, à travers sa marque Bravo Club qui fédère actuellement 19 clubs dans 12 destinations (Italie, Grèce, Egypte, Cuba, Cap Vert, Mexique, Sri Lanka, Zanzibar…). Créée il y a vingt ans, elle séduit 85 000 clients italiens chaque année. 

Avec son arrivée dans l’Hexagone, le groupe italien entend consolider le remplissage de ses clubs, mais aussi en ouvrir de nouveaux dans les prochaines années. De taille humaine (généralement autour de 200 chambres) et positionnés sur le segment 4*, ils se caractérisent par des emplacements de premier choix en bord de mer, une exigence tant en termes d’animations (un animateur pour 10 chambres) que d’offres (avec une attention toute particulière à la restauration) et une offre tout inclus, avec pour cible principale les familles.

"Le marché français des clubs est dynamique, avec une progression annuelle de 3 à 5%. Il y avait une fenêtre de tir pour Alpitour. Nous arrivons avec une exigence forte de qualité et une offre normée que nous maîtrisons, la seule sur le marché français à accueillir des Français et Italiens, deux populations qui partagent de nombreux points communs", explique Patrice Caradec.

Sept Bravo Clubs dès l’hiver prochain

Dès l’hiver prochain (pour les fêtes de Noël), Alpitour France commercialisera 7 Bravo Clubs : au Cap Vert et au Maroc (Agadir) pour le moyen-courrier, à Cuba (à 25 kms de la Havane), en République dominicaine (Bayahibe), au Mexique (Playa del Carmen), à Zanzibar et à Madagascar (Nosy Be).

La capacité sera partagée entre les marchés français et italiens, avec des animations sur place dans les deux langues. L’offre sera complétée par quelques boutiques-hôtels, commercialisés sous la marque B&Bravo et proposés en petits déjeuners.

Ces établissements seront alimentés par un plan de vol depuis Paris et la province. Air France/Transavia et XL Airways figurent au rang des transporteurs privilégiés. Alpitour France volera également avec la compagnie maison Néos qui compte 9 avions (B737, B767 et deux Boeing 787 qui intégreront prochainement la flotte), au départ de Rome et Turin. Le TO finalise un accord d’acheminement vers les deux aéroports italiens. Sur place, il pourra s’appuyer sur les équipes du réceptif maison Jumbo Tours.    

Les agences en ligne de mire

Pour remplir ses Bravo Clubs, Alpitour France entend s’appuyer en priorité sur les agences de voyages, même si un site marchand BtoC (bravoclub.com) sera mis en ligne en octobre. Des négociations sont en cours avec les principaux réseaux de distribution français.

Dans quelques jours, les ventes groupes seront ouvertes, avant le lancement d’un outil de réservation BtoB en août (il sera testé dès juillet par quelques agences partenaires). L’offre sera notamment disponible sur Orchestra et un call center sera externalisé chez Keepcall, à Lyon. Une brochure est également dans les cartons, dont la sortie est annoncée pour le mois d’août.

Pour l’heure, les tarifs des Bravo Clubs ne sont pas communiqués mais Patrice Caradec assure qu’ils seront dans  "les prix du marché". En revanche, il n’est pas question pour l’instant de développer une offre de circuits en France, ni d’importer la marque Alpitour.

100 000 clients espérés en 2022

Pour son premier "vrai" exercice (novembre 2017/octobre 2018), Alpitour France espère séduire 30 000 clients, avec un panier moyen de 1100 €, soit un chiffre d’affaires de 33 M€. L’offre passera de 7 clubs l’hiver prochain à 12 pour l’été 2018, avec en nouveautés la Sicile et la Sardaigne, la Grèce, l’Espagne et la Croatie.

Patrice Caradec cherche également activement un établissement en Tunisie. Le plan de marche prévoit les premiers bénéfices pour 2019, et fixe pour objectif 100 000 clients et 30 clubs à l’horizon 2022.

Thierry Beaurepère

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format