Menu
S'identifier
E-tourisme

Comment Voyages-sncf.com prépare le voyage de demain


Publié le : 21.06.2016
{ element.images.0.titre }}
I Crédit photo Ce matin, dans les locaux de Voyages-sncf.com, Benoit Bouffart présente les fonctionnalités du casque Samsung. ©CC

Les équipes techniques et commerciales du site planchent sur de nouveaux outils de vente, dont deux ont été présentés en test ce matin.

Benoit Bouffart, directeur des produits à Voyages-sncf.com (VSC), est intarissable en matière de voyage dans l'avenir. A la tête d'une équipe de 200 personnes qui créent de nouvelles fonctionnalités au quotidien, il annonce la couleur : "Sur le sujet du smart tourisme, nous voulons être plus fluide et plus transparent, en nous adaptant aux usages des clients. Si on fait une bêtise, on la retire dans les 15 jours".

Il poursuit : "Il y a trois ans, le site évoluait quatre fois par an. En 2016, rien qu'en juin, nous lançons 19 innovations, dont l'affichage de l'offre Transdev sur notre site, avec les bus Isilines et Eurolines".

Lors du dernier hackathon, une série de sessions créatives qui s'est déroulée en février 2016, l'entreprise a fait émerger une trentaine de projets.

Alexa, l'assistante personnelle

Parmi les outils en test, VSC lance un système d'assistant personnel, basé sur la reconnaisance vocale, en partenariat avec Amazon Echo. Sous la forme d'un cylindre vertical de 23 cm de haut, truffé de 7 micros, cet assistant est censé décomposer le parcours client. "Nous avons envisagé que dans dix ans, il n'y aura plus d'appli ni de site internet", justifie Benoit Bouffart.

Prénommé Alexa, l'assistant prend en compte la commande vocale et dialogue avec le consommateur. Il peut répondre à plusieurs types de questions sur des villes ensoleillées, propose différents tarifs de train, informe des promotions, pose des options et peut réserver si l'usager donne son cryptogramme de carte bancaire à trois chiffres.

Il communique également des infos voyageurs (grèves notamment) et saisit des données météo en temps réel. Il s'arrête de fonctionner quand on lui dit "Stop, Alexa !". "Pour le moment, l'assistant n'est vendu qu'aux Etats-Unis, à 200 dollars environ, et ne parle qu'anglais, explique-t-il. C'est pour cette raison que nous allons le tester sur les clients américains, via notre marque Rail Europe. Nous comptons le lancer sur le marché français dans un an".

"En attendant, nos équipes travaillent sur l'Intelligence Artificelle, sur le langage naturel, et sur les intentions via des suites de mots", ajoute-t-il. 

Casque de réalité virtuelle

Autre innovation présentée ce matin : le casque de réalité virtuelle Oculus, couplé avec un téléphone portable Samsung. "Plus de cent mille casques Samsung Gear VR sont actifs en France, nous devrions lancer le système à grande échelle d'ici deux à trois ans, précise-t-il.

L'outil permet de s'immerger dans une ville (seule Lyon est disponible actuellement), visiter des monuments en 3D, et surtout réserver son train par commande visuelle, ainsi que choisir son siège dans le wagon.

Conscient des imperfections de l'outil, qui coûte 100 euros, Benoit Bouffart commente : "Il paraît lourd mais il a été allégé par rapport aux premiers. De toute façon, c'est la possession qui crée l'usage", conclut-il. 

Catalina Cueto

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format