Menu
S'identifier
Distribution

Thomas Cook aussi veut son réseau à domicile


Publié le : 24.02.2017
{ element.images.0.titre }}
Thomas Cook recherche parmi d'anciens agents de voyages des apporteurs d’affaires qui ne seront pas liés à lui par un contrat de travail mais par un contrat de collaboration commerciale exclusif. I Crédit photo ©Adobe Stock

Thomas Cook France cherche des apporteurs d’affaires dans toute la France pour compléter son maillage et recruter de nouveaux clients.

Après TUI France et son réseau d’Ambassadeurs, c’est au tour de Thomas Cook France de s’intéresser au potentiel des "home workers", ces indépendants apporteurs d’affaires. Un contrat spécifique vient d’être élaboré qui vise à séduire une cinquantaine de particuliers d’ici à un an. Thomas Cook ne s’est pas fixé de limite pour la suite.

Il est ouvert notamment aux anciens agents de voyages partis à la retraite ou ayant changé d’orientation professionnelle, précise Thomas Cook, à charge pour eux de mettre à profit "leurs connaissances du marché, leur portefeuille de contacts et leur expérience dans le domaine de la vente de produits de voyages, afin d’assurer la promotion des produits Thomas Cook".

L’approche diffère donc sensiblement de celle de TUI, se rapprochant de la formule testée par Univairmer, puisque Thomas Cook ne réclame pas aux particuliers ainsi sélectionnés de s’immatriculer.

Des indépendants non immatriculés

"L’apporteur d’affaires est un indépendant et n’est pas lié à Thomas Cook par un contrat de travail mais par un contrat de collaboration commerciale exclusif. Il effectue toutes les démarches et formalités fiscales et administratives nécessaires lui permettant de facturer ses commissions à Thomas Cook selon le statut d’indépendant qu’il a choisi", détaille le réseau. Il n’a donc aucun lien de subordination et organise son travail comme il l’entend.

Cependant, il ne peut accomplir une vente de bout en bout. Il est en effet rattaché à une agence du réseau et doit opérer sur la zone de chalandise correspondante. C’est cette agence de rattachement qui enregistrera le dossier, en assurera le traitement dans son intégralité et percevra donc les revenus de la vente.

Pour mémoire, chez TUI France qui refuse "cette forme d’ubérisation et de simple complément d’activité", les "Ambassadeurs" sont immatriculés avec un identifiant TUI leur permettant de traiter l’ensemble du dossier. Ils sont par ailleurs tenus de réaliser un chiffre d’affaires annuel minimum de 100 000 à 150 000 €. Thomas Cook ne précise pas ce point.

Rémunération à la commission

Pour chaque affaire apportée à Thomas Cook, l’apporteur percevra une commission calculée sur le montant du voyage acheté, versée par l’agence de rattachement. "Cette commission dépend de la nature du client", précise Thomas Cook sans en révéler le montant, "selon qu’il est déjà référencé dans la base clients ou non", la rémunération étant bien sûr annoncée plus incitative lorsqu’il s’agit de nouveaux clients.

La durée initiale de ce nouveau contrat d’apporteur d’affaires qui s’inscrit dans la stratégie "omni-multicross canal" de Thomas Cook France est de 24 mois, renouvelable par tacite reconduction par période de 12 mois.

Pascale Filliâtre

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format