Menu
S'identifier
Distribution

Laurent Abitbol : "J'ai une chance sur deux d'être élu président de Selectour Afat"


Publié le : 22.06.2016
{ element.images.0.titre }}
I Crédit photo Laurent Abitbol, président du groupe Marietton, veut se présenter à la présidence de Selectour Afat. ©CC

Elu administrateur du réseau en avril, il se portera candidat à la présidence demain, lors de l'AG.

C'est demain, jeudi, que se déroulera l'assemblée générale annuelle du réseau Selectour Afat.

Elle sera marquée par l'élection de six administrateurs. Pour briguer ces six postes, neuf candidats se sont présentés : les trois sortants, Jean-Pierre Mas, Jean-Luc Dufrenne et Didier Calas ; les trois qui ont été les moins bien élus au dernier scrutin du mois d'avril, c'est-à-dire Alain-Philippe Jomeau, Yves Kimoun et Valéry Muggéo ; et les trois "frondeurs", qui avaient démissionné de leur mandat en février, Bernard Vairon, Carole Cresson-Giraud, et Franck Vernin.

Le cas de l'administrateur Dominique Couturier a été tranché par un tribunal arbitral. Il a été déclaré inéligible, et doit donc démissionner. 

L'ensemble des 17 administrateurs réunis en conseil devra élire en fin de journée le, ou la, président(e) du réseau. Face à Dominique Beljanski, l'actuelle présidente, qui en toute vraisemblance devrait se représenter, Laurent Abitbol s'est d'ores et déjà déclaré candidat à la présidence. "J'ai une chance sur deux d'être élu, estime-t-il. Les adhérents sont derrière moi, et si je me présente, c'est que je me sens écouté par les administrateurs. Pour une fois, je n'ai pas le choix, je suis obligé de faire de la politique !"

Des super-commissions chapeau via le GIE avec Havas Voyages

Il réitère ses trois idées fortes : changer la marque Selectour Afat (ou du moins l'alléger), remotiver les adhérents et les fournisseurs, et rendre économiquement viables les agences adhérentes. "Je voudrais aussi que le siège finance les travaux de rénovation des agences, les banques prêtent à un taux très bas en ce moment", poursuit-il.

Il s'estime assez organisé en interne pour pouvoir gérer à la fois son entreprise au volume d'affaires de plus de 1 milliard d'euros, et présider le plus gros réseau de distribution du marché français. "Mon rôle est d'être porte-parole et de redonner espoir aux adhérents", lâche-t-il. Il est volontaire pour un mandat de un an. "Je veux remettre en marche la machine."

Et de mettre en avant l'exemple du GIE qu'il a créé entre Selectour Afat et Havas Voyages, pour l'activité voyage d'affaires. "Nous avons négocié des super-commissions chapeaux avec quatre fournisseurs, annonce-t-il. Nous en aurons dix à la fin de l'année. J'ai prévu que les fournisseurs verseraient un montant de 250 000 euros en 2016, dont 125 000 euros iront à Selectour Afat."

Reste à savoir le niveau de mobilisation des adhérents pour élire des administateurs ; et quelle voie suivra la majorité du conseil d'administration : laisser la présidence à Dominique Beljanski, dont l'image a été ternie par l'échec des négociations avec les fournisseurs tourisme, ou voter pour Laurent Abitbol, qui représenterait un renouveau.

Catalina Cueto

 

 

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format