Menu
S'identifier
Distribution

De coopérative à vraie entreprise à but lucratif : virage à 180° pour Selectour


Publié le : 11.04.2018 I Dernière Mise à jour : 11.04.2018
{ element.images.0.titre }}
Selectour devient une "travel management company" avec 532 associés. I Crédit photo Selectour

Auteur

  • Thierry Beaurepère

Nouvelle gouvernance, redéfinition des contrats avec les fournisseurs, développement du digital… Les adhérents du réseau ont majoritairement voté pour le projet Sunrise, qui fait entrer Selectour dans une nouvelle ère. 

Le projet Sunrise a été adopté par Selectour hier, lors d’une assemblée générale extraordinaire. 65% des adhérents ont pris part au vote, choisissant le "oui" à 73% pour les adhérents de la coopérative, et à 92% pour les actionnaires de Selectour Entreprise. Un soulagement pour le président du réseau Laurent Abitbol, qui a désormais les mains libres pour engager la transformation du réseau. "Nous devenons une travel management company à part entière, avec 532 associés", se félicite t-il. Retour sur les principaux points du projet, qui vont modifier la vie des agences Selectour dans les prochaines années.

 

La création d’un directoire

La réorganisation de Selectour se traduit par la création d’un directoire, qui devient le véritable bras armé du réseau. A charge pour lui de voter le budget, de signer les contrats avec les fournisseurs, de gérer la redistribution des commissions… Il est composé de neuf membres, élus pour trois ans. Six d’entres eux sont issus de trois collèges (deux élus par collège), selon la taille des adhérents : un collège réunit les dix plus gros adhérents du réseau qui pèsent 33% du chiffre d’affaires, un second les 50 adhérents de taille moyenne (un autre 33%), et le dernier collège réunit les 472 adhérents restants. Les trois derniers membres sont désignés par les actionnaires de Selectour Entreprise dans leur ensemble (environ 500 adhérents de Selectour - sur les 532 que compte le réseau - sont actionnaires). Les neuf membres du directoire ont été désignés. Il s’agit de Laurent Abitbol, Jean-Michel Pinchard, Alain Alvarez, Jean-Marc Gameiro, Toni D’Andrea, Laure Tre-Hardy, Stéphane Le Pennec, Gérard La Rocca, Pierrick Rouillard. Laurent Abitbol en prend la présidence.

 

Un conseil d’administration aux missions redéfinies

A côté du directoire, le conseil d’administration de la coopérative aura pour mission de gérer l’image du réseau, la publicité ou encore les adhésions. "Il est vidé de son sens. Il n’aura plus vraiment de pouvoir économique et devient une simple chambre  d’enregistrement", regrette un opposant au projet. A noter qu’un membre du directoire ne peut pas être parallèlement administrateur. Ils sont plusieurs dans ce cas - dont Laurent Abitbol - et abandonneront leurs fonctions lors de la prochaine élection du conseil d’administration, le 28 juin, qui verra donc la désignation d’un nouveau président.

 

Sept chantiers prioritaires

Laurent Abitbol veut faire de Selectour une "vraie entreprise à but lucratif". Dans ce cadre, sept chantiers prioritaires ont été définis pour les trois prochaines années. Parmi eux, le développement du digital avec la création d’un nouveau site et d’une appli mobile et l’investissement de "plusieurs millions d’euros" pour développer le trafic ; mais aussi le renforcement de l’activité affaires avec - là encore - la création d’une appli mobile et une meilleure maîtrise des outils, qui pourrait passer par le rachat d’une entreprise technologique. La satisfaction client est un autre point essentiel. Pour alléger le travail des agences, un service qualité va être mis en place pour gérer les litiges clients, commun avec Havas Voyages dans le cadre du GIE qui unit les deux entreprises. Ce service sera payant pour les adhérents. « Le prix reste à définir mais sera symbolique», précise Laurent Abitbol.  

Un pilotage des ventes renforcé

Les contrats avec les tour-opérateurs vont être renégociés dans le cadre du GIE avec Havas Voyages, pour une mise en application au 1er janvier 2019. Objectif : permettre aux agences de gagner plus. Les TO seront classés en trois catégories : Privilégiés, Partenaires et Référencés. « Les Privilégiés devront mieux commissionner mais, en retour, Selectour s’engagera sur des volumes et des objectifs. Je sais jusqu’où on peut aller avec un tour-opérateur » rappelle Laurent Abitbol, lui-même patron de Voyamar. "Mais un point sera non négociable : je veux un même taux de commission pour les produits standards et pour les promotions". 

Parallèlement, l’outil Selectour + va être déployé dans les prochains mois, pour un meilleur pilotage des ventes. Les vendeurs du réseau cumuleront des points selon des objectifs de ventes ou de performances, échangeables ensuite contre des cadeaux. L’outil centralisera ces incentives, qui seront ensuite reversés aux agences. Libre à chaque patron de les distribuer comme bon lui semble à ses salariés. "Avec ce nouvel outil, l’agent de voyage gagnera dix fois plus qu’aujourd’hui", assure Laurent Abitbol, qui prévient déjà : "les TO qui incentiveront directement les vendeurs seront déréférencés".    

 

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format