Menu
S'identifier
Distribution

Comment les agences gèrent les voyageurs bloqués ou en partance pour Bruxelles


Publié le : 22.03.2016 I Dernière Mise à jour : 22.03.2016
{ element.images.0.titre }}
I Crédit photo Chez Cap 5 notamment, une cellule de crise a été ouverte pour rapatrier 15 voyageurs. ©DR

Nous avons demandé à quelques adhérents Manor, réunis en workshop aujourd'hui, comment ils géraient les voyageurs après les attentats de Bruxelles.

Réunis aujourd'hui pour le workshop annuel de Manor, plus de 300 adhérents et fournisseurs du réseau se sont retrouvés lors d'un déjeuner aux salons Hoche à Paris.

Interviewés par Tour Hebdo, quelques agents de voyages présents, spécialisés sur le voyage d'affaires, ont témoigné sur la façon dont ils géraient les dossiers des clients liés aux attentats de Bruxelles, intervenus ce matin à l'aéroport de Zaventem puis dans le métro, près du quartier Européen.

Pour le réseau Cap 5, très déployé dans le Nord de la France, les attentats ont justifié la création d'une cellule de crise. "Nous avons identifié 15 voyageurs d'affaires sur place, raconte Valérie François, responsable commerciale. Ils sont heureusement sains et saufs. Nous utilisons systématiquement un outil de géolocalisation en cas de problème à destinaton et cela rassure les entreprises". A l'agence ensuite d'appliquer des solutions de rechange. "En l'occurrence, ce sera des transferts par la route car le Thalys ne circule plus".

Pour Isabelle Benamou-Blanes, responsable du plateau d'affaires de Fram Affaires à Blagnac, nouvelle adhérente à Manor, il a fallu décompter les dossiers des voyageurs sur place, en partance ou en correspondance. "Heureusement jusqu'à la fin de la semaine, il n'y en a pas énormément, dit-elle. Notre travail, c'est de faire une communication globale auprès des sociétés pour qu'elles soient informées, et de rapatrier les voyageurs. En décembre, Bruxelles était déjà bloqué, nous savons gérer les situations de crise. A vrai dire, il n'y a pas beaucoup de solutions aujourd'hui, à part louer des voitures ou rester dormir sur place en attendant que la situation des transports se débloque".

Retour en VTC

Grégory Mavoian, président de Globeo Travel, lui, a réussi à trouver un rapatriement en VTC pour trois voyageurs. "Nous avons un outil d'analyse qui traque les voyageurs à destination. C'est notre valeur ajoutée. Nous pouvons les contacter par sms, appels téléphoniques ou mails".

Et de préciser : "Nous avons envoyé un mail à l'ensemble des clients, qui étaient déjà au courant. Et nous les tenons informés sur la continuité du voyage, et les possibilités de transports, la réouverture éventuelle des gares et des aéroports".

Les agences Jancarthier n'avaient aucun client à destination. "Ce matin, en un clic, j'ai pu voir combien de clients étaient en déplacement à Bruxelles, dit Philippe Taieb, Pdg du miniréseau. Ce système automatisé de Viaxoft est en connexion avec mon système de gestion comptable".

Il conclut : "La sécurité rentre dans la valeur ajoutée de l'agence, c'est de plus en demandé dans les appels d'offres, au-delà de la simple transaction de réservation".

Catalina Cueto

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format