webleads-tracker

  • Transport aérien
  • 12/06/2017
  • 16:30

Corsair embarque pour Cuba

Corsair a inauguré sa nouvelle ligne Paris-La Havane le week-end dernier. Une liaison stratégique pour la compagnie aérienne, filiale de TUI France.
Tour Hebdo :
                Corsair embarque pour Cuba
Corsair mise sur Cuba ©MariePoirier

Le rêve Cubain… Il aura fallu quatre années à Corsair pour le réaliser. Il est donc peu de dire la fierté de son président Pascal de Izaguirre en atterrissant à la Havane le 8 juin dernier après 10h30 de vol direct au départ de Paris Orly. "Les négociations ont été longues pour obtenir les droits de trafic. J’ai souvent eu l’impression d’être un amoureux éconduit… J’ai tenu bon car j’y croyais et que j’aime particulièrement Cuba".

Le choix du coeur donc, pour cette île caribéenne mais pas seulement… Avec cette liaison, Corsair souhaite diversifier son réseau, traditionnellement ancré aux Antilles, dans l’Océan Indien (Réunion, Maurice, Mayotte, Madagascar) et en Afrique (Sénégal, Côte d’Ivoire). Et mise sur une destination touristique à forte croissance sur le marché français. Pour preuve, la progression de 54 % enregistrée cet hiver par les différentes marques de TUI France.

Depuis le 4 mai, Corsair exploite donc les deux fréquences hebdomadaires qui lui ont été accordées entre Paris et La Havane. Et attend patiemment la troisième qui sera effective à compter d’octobre entre la capitale française et Varadero. Des cibles touristiques pour la compagnie aérienne mais pas uniquement… Car avec ces liaisons, Corsair vise également une clientèle d’affaires (notamment administrative), d’expatriés, et entend aussi booster le trafic de fret… Un développement qui s’inscrit dans la stratégie globale de la compagnie.

Un positionnement affirmé

Depuis 2010, Corsair parachève en effet sa montée en gamme. Son patron, Pascal de Izaguirre, l‘explique : "Nous n’avons pas choisi un positionnement low cost. Nous avons une stratégie de compagnie régulière long-courrier. Ce qui ne nous empêche pas de proposer des prix compétitifs". A Cuba, Corsair propose ainsi des tarifs intéressants (autour de 700 euros l’A/R) pour les Français venant sur l’île, tout en continuant à améliorer son offre. "Nous souhaitons en effet offrir des prestations de qualité à l’ensemble des segments de clientèle, y compris affaires". Grande nouveauté, Corsair déploiera ainsi sa nouvelle classe business, à partir de septembre et d’ici décembre. Classe dans laquelle seront proposés des services adaptés avec des équipages formés, des menus haut de gamme et une trousse d’accueil revisitée. De quoi concurrencer sur la destination les compagnies déjà en place, Air France, Air Caraïbes et XL Airways.

La légitimité de Corsair

Pour asseoir son assise à Cuba, la compagnie aérienne va pouvoir compter sur le trafic de TUI France très implanté sur l’île. Le groupe propose en effet 10 circuits sous ses marques Nouvelles Frontières et Vacances Transat, 37 formules séjours et deux hôtels clubs Lookea situés l’un à Varadero et l’autre à Cayo Santa Maria. Sans oublier les voyages sur mesure. Au total, ce sont 30 000 clients Français (vs 52 000 recensés par le Seto pour l’ensemble des TO français adhérents) qui voyagent avec le groupe et qui vont désormais voler sur Corsair. Pour autant, à l’instar de n’importe quelle compagnie régulière, les vols pour Cuba (comme toutes les autres destinations) sont accessibles à tous, notamment les passagers individuels qui peuvent réserver via le site de Corsair ou dans les agences de voyages.  

Cette arrivée à Cuba est de bon augure pour le transporteur, qui ne cache pas sa volonté d’obtenir d’autres autorisations de trafic. Elle est aussi source d’espoir pour le groupe touristique qui n’a pas terminé d’exploiter le potentiel de la destination. TUI France souhaite en effet profiter du contexte actuel de développement de Cuba (augmentation de la capacité hôtelière, amélioration de la qualité) pour continuer à s’enraciner sur place et ouvrir notamment de nouveaux clubs Lookéa. Un message que Pascal de Izaguirre s’est appliqué à faire passer aux autorités locales durant son séjour cubain. Preuve que l’ex-eldorado glamour demeure une terre de fantasme au cœur des Caraïbes.

 Marie Poirier

 

Cette page est réservée aux abonnés

Pas encore abonné ?

Ou testez gratuitement l’offre abonné pendant 15 jours

Offre d'assai gratuite

Vous êtes déjà abonné ? Identifiez-vous :

« Pour signaler un contenu indésirable ou illicite, nous vous invitons à nous contacter à l'adresse suivante : contact@tourhebdo.com. »

Vos Réactions

Pas de réaction pour le moment, soyez le premier.

© Tous droits réservés

ABONNES PREMIUM

Recevez la newsletter quotidienne

Cliquez ici pour vous inscrire

RECHERCHER

le magazine

n°1587-88 - décembre 2017

DONNEZ VOTRE AVIS

Quel produit vendez-vous le plus pour cet hiver ?

  • Le club
  • La location à la neige
  • Le séjour ou le circuit long-courrier
  • La croisière

Tour Hebdo

Couverture Tour Hebdo

Lire Tour hebdo sur web, mobile, tablette

J'achète un numéro

Je m'abonne

RESTEZ CONNECTÉ

  • Retrouvez-nous sur Facebook
  • Retrouvez-nous sur Twitter
  • Flux RSS
Le Blog de Tourhebdo
#

Icotour - Le partenaire des professionnels du voyage depuis 1974

couverture Icotour