webleads-tracker

  • Transport ferroviaire
  • 03/04/2017
  • 15:30

TGV : les contrôles avant l’accès à bord vont se généraliser

Quatorze gares vont être équipées de contrôles sur le quai avant d’embarquer à bord des rames.
Tour Hebdo :
                TGV : les contrôles avant l’accès à bord vont se généraliser
La fraude coûte chaque année 300 millions d’euros à la SNCF, dont 100 millions d'euros uniquement sur le TGV. ©Adobe Stock

Prendre le TGV comme l’avion, c’est la solution trouvée par la SNCF pour endiguer la fraude à bord des trains. Après une phase d'essai, où l’accès à 1 700 TGV (soit 325 000 clients) a été contrôlé, la SNCF démarre le déploiement de portillons où seront contrôlés, dans la plupart des cas, la validité des titres de transport.

Ces nouveaux équipements mis en place ce matin gare Montparnasse à Paris visent avant tout à éviter la fraude à bord des TGV et n’ont pas de vocation de sûreté et de détection de matériel prohibé.

Bien qu’équipés de vantaux en verre, ils s’apparentent aux tourniquets d’accès du métro parisien. Le voyageur présente son titre de transport papier ou numérique (smartphone) devant un lecteur optique. Il est éventuellement guidé pour l’opération par une assistance sonore. Si le titre contrôlé est valable, le portillon s’ouvre. Sinon, une alerte prévient un agent qui vient assister le voyageur.

Cela pourrait être le cas des clients Pro autorisés à prendre le TGV d’avant ou d’après l’horaire réservé. Une file dédiée devrait leur être réservée. De même, les personnes à mobilité réduite seront assistées par des agents SNCF avec des passages élargis. Un agent peut autoriser une personne à accompagner un voyageur, comme c’est souvent le cas lors de déplacement de familles.

Ces nouveaux équipements présentent un vrai intérêt en termes de tranquillité et de sérénité à bord : on limite considérablement les incivilités dans les trains quand on filtre la fraude à quai, indique la SNCF dans un communiqué. Grâce à un contrôle plus ciblé, les chefs de bord vérifient uniquement les cartes de réduction et les pièces d’identité quand cela est nécessaire. Les chefs de bord ont du temps libéré pour prendre soin des voyageurs, par exemple pour replacer les clients qui ont pris le train d’avant ou d’après ou renseigner sur les correspondances et les services à bord.

Un investissement de plus de 15 millions d'euros

Après la gare de Paris-Montparnasse, ces barrières seront déployées dans treize autres gares TGV. Marseille en mai, puis Rennes, Nantes et le Hall 2 de la gare de Paris-Lyon en juin, la gare de Paris-Nord en juillet. Aix-TGV, Lyon-Perrache, Paris-Est suivront cet automne et enfin Bordeaux, Le Mans, Saint-Pierre-des-Corps et Tours fin 2017 et début 2018. Pour Lyon Part-Dieu, ce sera en 2022 après rénovation de la gare.

La SNCF a investi 15,4 millions d’euros et budgète trois millions d'euros de maintenance sur dix ans. La fraude coûte chaque année 300 millions d’euros à la SNCF, dont 100 millions d'euros uniquement sur le TGV. Quand le déploiement sera terminé, le retour sur investissement devrait demander quelques mois…

Thierry Vigoureux

Cette page est réservée aux abonnés

Pas encore abonné ?

Ou testez gratuitement l’offre abonné pendant 15 jours

Offre d'assai gratuite

Vous êtes déjà abonné ? Identifiez-vous :

« Pour signaler un contenu indésirable ou illicite, nous vous invitons à nous contacter à l'adresse suivante : contact@tourhebdo.com. »

Vos Réactions

Traxx

Si c'est comme à Marseille où les fraudeurs traversent au bout des voies, ça ne sert à rien ... Et vu le taux de contrôle sur certains TGV, des petits malins voulant monter à Paris au départ de Marseille prennent un billet pour Aix en Provence TGV, passent le contrôle à l'embarquement sans problème et montent à Paris pour pas cher ! Ce dispositif est aussi fait pour supprimer des contrôleurs, que l'on devrait d'ailleurs arrêter d'appeler des "chefs de bord", c'est un terme un peu pompeux ... un peu comme les vendeurs devenus "conseillers clientèle" ou les caissières devenues " hotesses de caisses " ... Quand aux incivilités, ce ne sont pas ces barrières qui changeront grand chose ... Et les comportements irrespectueux viennent de tous les milieux sociaux-professionnels. Prendre le train en France devient de plus en plus contraignant. Allez en Suisse ou en Allemagne par exemple, où les gares n'ont pas cet aspect "pseudo sécuritaire", ou les réservations ne sont pas obligatoires, et surtout où il y a un vrai cadencement sur toutes les lignes, offrant là ce qu'est un vrai service public. Et où les contrôleurs sont présents sur les trains, et surtout passent ! Parce qu'il est là aussi le problème, certains "chefs de bord" ne sont pas bcp visibles sur certains longs parcours ...

le 03 Avril 2017

© Tous droits réservés

ABONNES PREMIUM

Recevez la newsletter quotidienne

Cliquez ici pour vous inscrire

RECHERCHER

le magazine

n°1586 - novembre 2017

DONNEZ VOTRE AVIS

Quel produit vendez-vous le plus pour cet hiver ?

  • Le club
  • La location à la neige
  • Le séjour ou le circuit long-courrier
  • La croisière

Tour Hebdo

Couverture Tour Hebdo

Lire Tour hebdo sur web, mobile, tablette

J'achète un numéro

Je m'abonne

RESTEZ CONNECTÉ

  • Retrouvez-nous sur Facebook
  • Retrouvez-nous sur Twitter
  • Flux RSS
Le Blog de Tourhebdo
#

Icotour - Le partenaire des professionnels du voyage depuis 1974

couverture Icotour