webleads-tracker

  • Production
  • 10/03/2017
  • 09:00

Oovatu ne vend que ce qui lui plait

Le TO en ligne, spécialiste de l’océan Indien et de l’Asie et commercialisé exclusivement en BtoC, privilégie une approche haut de gamme et qualitative.
Tour Hebdo :
                Oovatu ne vend que ce qui lui plait
Le TO en ligne s'est fait une place en BtoC en misant sur un positionnement haut de gamme et une équipe de spécialistes. ©Oovatu

Quand Stéphane Letessier et Pierre Cosentino ont décidé de créer Oovatu en 1999, ils étaient sur une plage de l’île Maurice. Les agences en ligne commençaient à se positionner sur la toile "mais leur angle d’attaque était déjà le prix, le déstockage. Nous, on avait envie de faire partager nos coups de cœur et de se préoccuper de la réussite des vacances plutôt que de proposer un tarif", explique Stéphane Letessier.

A l’époque, les deux amis œuvraient déjà dans le tourisme avec Nautil, une agence réceptive qui accueillait des touristes étrangers à Paris. "Autant dire qu’on avait l’habitude de négocier les moindres détails avec les hôteliers parisiens, durs en affaires". C’est avec cette approche exigeante, haut de gamme et exclusive que Oovatu s’est lancé, d’abord comme simple distributeur online puis très vite comme producteur "pour pouvoir vendre ce qui nous plaisait".

L’océan Indien était et reste la spécialité de Oovatu, Maurice en tête. L’île représente la moitié de l’activité et quelque 7 000 clients annuels, ce qui fait du site l'un des principaux partenaires des hôteliers mauriciens.

Mais comment exister sur une destination aussi concurrencée ? "C’est vrai que Maurice n’est pas une destination de niche, pas plus que la Thaïlande qui est aussi l'un de nos axes privilégiés. Notre credo, c’est l’approche de niche. A nous de trouver pour nos clients la petite perle, le petit détail, la bonne adresse, l’île ou l’hébergement qui va faire sortir le séjour du banal", indique le co-fondateur.

60% de clients repeaters

Comment Oovatu émerge-t-il sur la toile ? Classiquement par un mélange de SEO et de SEA, soit du référencement naturel et de la publicité sur les moteurs de recherche, et puis des relations presse et publiques. "Mais nous ne serions rien sans nos fidèles clients", remarque Stéphane Letessier qui précise que Oovatu s’est construit sans aucun apport financier extérieur, uniquement sur fonds propres et son exploitation.

Le site revendique un taux de repeaters exceptionnel, de l’ordre de 60%. "Les coûts d’acquisition de nouveaux clients sont très élevés, une exploitation sur cette seule base ne serait pas rentable, autant dire que nous faisons en sorte de fidéliser avec du sur-mesure très pointu, du service et de la réactivité. Nous avons toujours des contre-propositions, des alternatives, une technologie en back office sophistiquée et des produits qu’on a tous visités. Ce qui ne nous empêche pas de travailler à l’ancienne comme des artisans, par téléphone voire au contact dans notre agence parisienne. Et surtout, nous ne tirons pas tous azimuts".

Des spécialistes au long cours

Avec l’océan Indien, la Polynésie et un peu de Caraïbes, l’Asie est l’autre spécialité de Oovatu. L’Europe du sud (la Grèce, la Sardaigne et le Portugal depuis deux ans) est aussi programmée en printemps-été.  Pour le reste, le TO préfère renvoyer sur des confrères plutôt que de se disperser. "Voyageurs du Monde ou Australie Tours sont meilleurs que nous pour l’Amérique du sud ou l’Australie. Cela ne nous pose pas de problème de les recommander ni les clients de revenir vers nous pour d’autres voyages", confie Stéphane Letessier.

Oovatu en a séduit 12 000 en 2016 pour un chiffre d’affaires de 30 M€, en croissance continue chaque année depuis 15 ans. "Nous ne souhaitons pas grossir beaucoup plus. L’idée c’est de continuer à faire bien ce qui nous plaît avec une équipe qui connait son affaire. Nous avons peu de turn-over parmi nos 40 collaborateurs et cela aussi est un gage de succès".

Pascale Filliâtre

Cette page est réservée aux abonnés

Pas encore abonné ?

Ou testez gratuitement l’offre abonné pendant 15 jours

Offre d'assai gratuite

Vous êtes déjà abonné ? Identifiez-vous :

« Pour signaler un contenu indésirable ou illicite, nous vous invitons à nous contacter à l'adresse suivante : contact@tourhebdo.com. »

Vos Réactions

Martino

7000 clients Maurice avec 3 911 000 euros de chiffre d'affaires ça fait 558 euros par clients sur Maurice.... c'est vraiment pas cher chez Nautil !!!!!!!!

le 10 Mars 2017

jezequel christian

aores plus de 80 voyages en tant que tour leader c'est le seul site donnant a la perfection les realites du climat Vietnamien du nord au sud Chapeau et bravo

le 10 Mars 2017 - Société : ex FRAM

© Tous droits réservés

ABONNES PREMIUM

Recevez la newsletter quotidienne

Cliquez ici pour vous inscrire

RECHERCHER

le magazine

DONNEZ VOTRE AVIS

Pensez-vous assister cette année aux congrès des réseaux volontaires ?

  • Oui, c'est un rendez-vous important.
  • Non, c'est une perte de temps.
  • Je ne sais pas encore.

Tour Hebdo

Couverture Tour Hebdo

Lire Tour hebdo sur web, mobile, tablette

J'achète un numéro

Je m'abonne

RESTEZ CONNECTÉ

  • Retrouvez-nous sur Facebook
  • Retrouvez-nous sur Twitter
  • Flux RSS
Le Blog de Tourhebdo
#

Icotour - Le partenaire des professionnels du voyage depuis 1974

couverture Icotour