webleads-tracker

  • Distribution
  • 21/09/2016
  • 12:13

Laurent Abitbol (Selectour Afat) : "On ne peut pas vendre du voyage dans des taudis !"

Le nouveau président du réseau veut simplifier la marque, démarrer la rénovation des agences, faire revenir Transat dans le référencement, et élargir le périmètre du GIE avec Havas Voyages.
Tour Hebdo :
                Laurent Abitbol (Selectour Afat) : "On ne peut pas vendre du voyage dans des taudis !"
Laurent Abitbol, le président de Selectour Afat, entouré d'une partie de son équipe à l'IFTM Top Resa (à gauche Rémy Pons, Valérie Laroche, et à droite Carole Cresson). ©CC

Pour marquer les 100 premiers jours de sa présidence, Laurent Abitbol, à la tête du réseau Selectour Afat, n'y va pas par quatre chemins. Energique et volubile, il a présenté les quatre chantiers de la rentrée, sur le salon IFTM Top Resa ce matin.

La marque, tout d'abord. "Je voudrais la simplifier. Selectour Afat, c'est trop long, tous les professionnels de la communication le disent, explique-t-il. J'ai mené un sondage officieux auprès des 17 administrateurs lors du dernier conseil. 10 étaient d'accord pour garder juste le nom Selectour et 7 n'étaient pas d'accord. Je comprends que les ex-Afat Voyages aient un rapport affectif avec la marque, j'ai le même lien avec le nom Marietton, créé par ma famille. Mais il faut avancer. Pour pouvoir changer, je voudrais une large majorité d'administrateurs avec moi, 15 sur 17 par exemple."

Il se donne un mois pour convaincre les réticents. Le vote officiel sera organisé lors du prochain conseil élargi, qui se tiendra le 14 et 15 octobre prochains en Tunisie. "Si ça ne passe pas, j'enterre le projet", lance-t-il.

Rénover les agences

Deuxième chantier : la rénovation des agences. "En tant que président de Havas Voyages, je suis très fier de la nouvelle agence de demain, dit-il. Selectour doit engager aussi son embellissement. On ne peut pas vendre du voyage dans des taudis, ou disons, des agences vieillottes."

Pour aider les adhérents dans leur investissement, estimé à 80 000 euros pour 50 m2, le siège a négocié des taux d'emprunt très bas auprès de Crédit Coopératif. "On ne peut pas forcer un responsable d'agence indépendante à rénover son point de vente, mais dans une grande ville, il faut du beau !" juge-t-il.

Une formule light sera proposée aux adhérents, aux alentours de 15 000 euros. Selon Laurent Abitbol, une centaine de volontaires seraient déjà prêts à investir dans leur point de vente, en changeant du même coup leur enseigne en Selectour, si toutefois le vote est validé.

1,5 million d'euros de pertes dans la centrale de règlements

Troisième projet : la renégociation du contrat de référencement avec le groupe TUI-Transat. Pour rappel, le contrat de TUI France arrive à échéance au 31 décembre 2016, et celui avec le groupe Transat n'a pas été renouvelé en 2016. L'objectif de Laurent Abitbol est donc de ramener les deux groupes dans le giron de Selectour Afat, après l'officialisation du rachat de Transat par TUI dans les prochaines semaines.

"Les deux groupes représentent 20% du volume de la CRF [centrale des règlements fournisseurs, ndlr]. Je veux un contrat gagnant-gagnant, et mon objectif est de réussir cette négociation d'ici fin novembre, même si personne n'est indispensable sur le marché français…" Pascal de Izaguirre, patron de TUI France, est d'ores et déjà annoncé au congrès du réseau, début décembre, à Québec.

Enfin, l'élargissement du périmètre du GIE Havas-Selectour Afat est à l'étude. "Nous avons des discussions bilatérales avec plusieurs autres groupements, pour l'activité affaires et tourisme. Un troisième membre devrait nous rejoindre dans les six prochains mois", assure le président de Selectour Afat.

Concernant les finances du réseau, Laurent Abitbol reconnaît que la fuite de Kuoni et Transat, en tant que tour-opérateurs référencés, s'est soldée par une perte de 1,5 million d'euros dans la centrale des règlements fournisseurs. "S'il le faut, nous utiliserons nos fonds propres pour préserver les gains de nos adhérents en 2017", rassure-t-il.

Catalina Cueto

Cette page est réservée aux abonnés

Pas encore abonné ?

Ou testez gratuitement l’offre abonné pendant 15 jours

Offre d'assai gratuite

Vous êtes déjà abonné ? Identifiez-vous :

« Pour signaler un contenu indésirable ou illicite, nous vous invitons à nous contacter à l'adresse suivante : contact@tourhebdo.com. »

Vos Réactions

Pas de réaction pour le moment, soyez le premier.

© Tous droits réservés

ABONNES PREMIUM

Recevez la newsletter quotidienne

  • Veuillez résoudre l'opération :
     = 
  • Valider

RECHERCHER

DONNEZ VOTRE AVIS

La vente d’activités loisirs par Airbnb vous inquiète-t-elle ?

  • Oui
  • Non
  • Je ne sais pas

Tour Hebdo

Couverture Tour Hebdo

Lire Tour hebdo sur web, mobile, tablette

J'achète un numéro

Je m'abonne

RESTEZ CONNECTÉ

  • Retrouvez-nous sur Facebook
  • Retrouvez-nous sur Twitter
  • Flux RSS
Le Blog de Tourhebdo
#

Icotour - Le partenaire des professionnels du voyage depuis 1974

couverture Icotour