webleads-tracker

  • Destination
  • 25/05/2016
  • 16:30

Reportage au Zimbabwe : safaris exclusifs

Sur les hauts plateaux de l’Afrique australe, le Zimbabwe déroule un paysage de savane herbeuse ou arbustive, somptueux décor pour partir à la recherche d’une faune souveraine…

Article également paru dans le numéro 1570 de Tour Hebdo magazine


Formalités


Passeport en cours de validité. Visa délivré à l’ambassade du Zimbabwe à Paris ou à l’arrivée (25 €).



Où réserver ?


Si les chutes Victoria sont proposées par plusieurs généralistes en extension d’un circuit en Afrique du Sud ou au Botswana, les safaris au Zimbabwe restent l’affaire des voyagistes spécialistes de la région (Afrique Authentique, Comptoir d’Afrique australe, La Maison de l’Afrique, Safaris à la Carte…), des pros du sur-mesure (Les Ateliers du Voyage, Explorator, Ikhar, Makila Voyages…) et des TO d’aventure (Nomade Aventure, Terres d’Aventure…).



Accès aérien


Vols avec escale(s), opérés vers la capitale Harare : quotidiennement avec South African Airways et Air France via Johannesburg, avec British Airways via Londres et Johannesburg, avec Emirates via Dubaï et Lusaka. 6 ou 7 fois par semaine avec Kenya Airways via Nairobi et Lusaka. 6 fois par semaine avec Ethiopian Airlines via Addis Abeba et Lusaka.
Tour Hebdo :
                Reportage au Zimbabwe : safaris exclusifs
Les amateurs de vie sauvage ne manqueront pas d’arpenter les différents parcs nationaux pour approcher girafes, lions et autres mammifères terrestres en compagnie de guides aguerris. © Mike Myers/Wilderness Safaris

>> Ceux qui aimeront

Les amateurs de safari apprécieront la fréquentation limitée des parcs nationaux et la richesse de la faune. Les amoureux de l’Afrique australe retrouveront des lumières et des paysages magiques ainsi qu’un peuple discret et chaleureux. À proposer également aux voyageurs curieux qui aiment les destinations sortant des sentiers battus.

>> Donner envie

L’herbe est rase, jaune, sèche. Quelques acacias dressent leur majestueuse silhouette et leur couronne de chlorophylle sur la savane infinie des hautes plaines. Au bord d’un point d’eau, vaste cuvette d’un bleu électrique, trois lionnes savourent la brise fraîche du matin. Un vautour s’approche. D’un coup de patte, comme un chat attraperait un papillon, l’une d’elle met le volatile à terre et le ballotte avec dédain. Soudain, le vautour, assez rusé pour feindre la mort, s’envole. La lionne balaie le ciel de ses griffes. Vainement. Dans le parc national de Hwange, à l’Ouest du Zimbabwe, les scènes de la vie animalière se jouent sans interruption devant des visiteurs subjugués.

Vous venez de lire 1 200 caractères sur un total de 7 500. Pour lire la suite de cet article, vous devez être abonné à l'édition numérique de Tour Hebdo.

Grâce à des points d’eau artificiels qui "sédentarisent" la faune, le parc le plus célèbre du pays est devenu un sanctuaire pour les éléphants (environ 45 000 individus) mais aussi pour les girafes, les lions, les buffles ou les léopards. La magie opère également de nuit, si l’on choisit de séjourner dans un hébergement en camp de toile au cœur du parc. Au programme : discussion sous les étoiles dans des fauteuils de toile autour du feu, jeu de lumière des aurores sur la savane, rugissements des lions déchirant les ténèbres...

Pour observer des rhinocéros blancs, on mettra le cap sur le parc national de Matobo, au Sud-Ouest du Zimbabwe. Dans un décor brut et minéral, entre prairies et amoncellements de blocs de granit ocre, on piste ces imposants mammifères avec un guide armé de jumelles et fin observateur des empreintes de l’animal. Un rhinocéros repéré ? On fraie rapidement son chemin dans le bush pour observer quinze minutes plus tard une masse grise et luisante de deux tonnes s’extirper avec difficulté d’une mare au milieu des herbes hautes.

Pour une expérience pleine de frissons, il est recommandé de faire étape à Antelope Park, un domaine privé au centre du pays. Ici, marche dans la savane aux côtés de jeunes fauves élevés en captivité ! Quand Africa et Alika sortent de leur enclos et s’avancent avec assurance (accompagnés par deux guides), il n’est pas rare de crisper sa main sur la canne en bois indispensable à la promenade. Les lions âgés de 14 mois frôlent les jambes des visiteurs... L’étape donne aussi l’occasion d’observer la conduite d’un programme de réintroduction du lion dans la nature, bienvenu dans une région affectée par le braconnage (sur de nombreuses espèces) et par une baisse drastique de la population de lions.

Les chutes Victoria marqueront avec élégance la fin du voyage. À l’extrémité nord-ouest du pays, à la frontière avec la Zambie, le Zambèze se jette avec fureur dans une faille de basalte profonde d’une centaine de mètres, étirée sur près de 2 km. Quand l’explorateur anglais David Livingstone découvre les chutes du Zambèze en 1855, sûrement intrigué par un nuage d’eau pulvérisée visible à plus de 20 km, il les rebaptise chutes Victoria en l’honneur de sa souveraine. Sur ce site majeur et grandiose du tourisme au Zimbabwe, la faune rencontrée est plutôt humaine. Mais en amont des chutes, des hippopotames barbotent dans le fleuve. Sans troubler la quiétude des voyageurs qui embarquent pour une croisière de quelques heures au coucher du soleil.

>> Rien n’est parfait

La destination, encore confidentielle, ne bénéficie pas de liaisons aériennes directes et les guides francophones sont rares. Avec des safaris guidés en 4x4, un voyage au Zimbabwe coûte cher. Il faut également prévoir de longs trajets en voiture pour aller d’un point d’intérêt à un autre, mais il est toujours possible de rallier la capitale, Harare, depuis les chutes Victoria par un vol intérieur.

>> Trouver un toit

Le pays compte près de 6 400 chambres et 12 000 lits. Entre les grands hôtels urbains, souvent vieillots, et les charmants lodges ou camps de toile des parcs, il n’existe pas de produit intermédiaire. Les chutes Victoria, joyau touristique et historique, se démarquent avec une offre dense et diversifiée. Parmi les opérateurs de belles adresses dans des parcs, lodges ou camps de toile proposant des safaris guidés, on trouve l’incontournable groupe sud-africain Wilderness Safaris (4 adresses) et des acteurs locaux comme African Bush Camps (4 adresses), Amalinda Collection (3 adresses) ou Imvelo Safari Lodges (6 adresses).

>> Évolution touristique

D’après l’office du tourisme, le Zimbabwe a accueilli 2,05 millions de touristes internationaux en 2015, enregistrant une progression de 9 % par rapport à 2014. Cependant, de nombreux touristes se contentent de faire une incursion aux chutes Victoria dans le cadre d’un voyage combiné avec un pays voisin (Afrique du Sud, Botswana, Zambie ou Namibie). Avec 14 622 touristes en 2015, en croissance de 7 %, la France est le troisième marché émetteur européen, derrière le Royaume-Uni/l’Irlande et l’Allemagne.

>> C’est Nouveau

En novembre 2015, l’aéroport des chutes Victoria, situé à 18 km du site, a rouvert avec de nouveaux aménagements, notamment une nouvelle piste de 4 km, une extension de la piste déjà existante, et un nouveau terminal.

>> Question de saison

Les saisons sont inversées par rapport à l’hémisphère nord. Pour observer la faune, privilégier la saison sèche, d’avril à octobre. À noter : les chutes Victoria seront moins impressionnantes en cette période. Températures très agréables compte tenu de l’altitude.

>> À quel prix ?

À partir de 4 400 € par personne, depuis Paris, le circuit de 10 nuits en petit groupe (5 à 12 personnes) accompagné par un guide francophone, avec étapes au site archéologique de Great Zimbabwe, au lac Kariba, aux chutes Victoria et incluant des safaris en 4x4 dans les parcs nationaux de Matobo et Hwange. Hébergement en hôtels et lodges.

>> Pour en savoir plus

www.zimbabwetourism.net (mal traduit en français) et www.zimparks.org (en anglais).

Florence Donnarel

Zoom sur la production 

Nomade Aventure

Pourquoi choisir ce TO ? Une recherche d’authenticité et d’originalité dans le choix des étapes (immersion dans un village Tonga au Nord du pays par exemple) et des hébergements (lodges sans chichis, nuit chez l’habitant, bivouac mais aussi luxueux camp de toile). Les voyages en groupe accompagnés sont limités à 17 personnes (4 minimum). Formules aussi en individuel et en sur-mesure.

Bon à savoir : Nomade Aventure propose trois circuits 100 % Zimbabwe et de nombreux combinés avec les pays voisins (Namibie, Botswana, Zambie, Malawi, Afrique du Sud). Guide francophone ou anglophone avec traducteur, à l’exception d’un circuit avec guide anglophone.

L’avis de Tour Hebdo : un circuit de 15 j en groupe accompagné, avec étapes dans les parcs de Matobo et Hwange, sur le site archéologique de Great Zimbabwe (en photo), dans les montagnes de l’Est et aux chutes Victoria. Nuit en tente et en lodge. Guide anglophone et traducteur.

Cette page est réservée aux abonnés

Pas encore abonné ?

Ou testez gratuitement l’offre abonné pendant 15 jours

Offre d'assai gratuite

Vous êtes déjà abonné ? Identifiez-vous :

« Pour signaler un contenu indésirable ou illicite, nous vous invitons à nous contacter à l'adresse suivante : contact@tourhebdo.com. »

Vos Réactions

Pas de réaction pour le moment, soyez le premier.

© Tous droits réservés

ABONNES PREMIUM

Recevez la newsletter quotidienne

  • Veuillez résoudre l'opération :
     = 
  • Valider

RECHERCHER

DONNEZ VOTRE AVIS

La vente d’activités loisirs par Airbnb vous inquiète-t-elle ?

  • Oui
  • Non
  • Je ne sais pas

Tour Hebdo

Couverture Tour Hebdo

Lire Tour hebdo sur web, mobile, tablette

J'achète un numéro

Je m'abonne

RESTEZ CONNECTÉ

  • Retrouvez-nous sur Facebook
  • Retrouvez-nous sur Twitter
  • Flux RSS
Le Blog de Tourhebdo
#

Icotour - Le partenaire des professionnels du voyage depuis 1974

couverture Icotour