webleads-tracker

  • E-tourisme
  • 22/04/2016
  • 10:00

Start-up : Meetrip met en relation voyageurs et guides professionnels

En ligne depuis six mois, la plate-forme se distingue des sites de l’économie collaborative en référençant des guides touristiques uniquement professionnels.
Tour Hebdo :
                Start-up : Meetrip met en relation voyageurs et guides professionnels
Le jeune patron de la start-up, Ralph Guyot Jeannin, a conçu un modèle donnant toute latitude aux guides pour qu’ils fixent eux-mêmes leurs propres tarifs et emploi du temps. ©Meetrip

Qui est l’entreprise ?

Meetrip est une plate-forme qui met en relation les voyageurs avec des guides touristiques, partout dans le monde.

Après la création de l’entreprise en octobre 2014, il a fallu dix mois pour lancer le site www.meetrip.fr, en septembre 2015, le temps d’effectuer les développements technologiques mais aussi de mettre en place un réseau de guides. "Uniquement des guides professionnels. Il en existe 200 000 dans le monde. Leur profession s’est précarisée ces dernières années. Ils sont de plus en plus souvent indépendants, travaillent pour plusieurs clients, sont confrontés à la concurrence de guides amateurs et doivent trouver de nouveaux moyens de gagner leur vie. Ainsi, sur les 11 000 guides en France, seuls 30 % vivent de leur métier. Meetrip leur donne de la visibilité, les met en relation avec les clients et facilite les transactions, alors même que, pour l’heure, seulement 8 % des commandes de guides se font via un canal numérique", explique Ralph Guyot-Jeannin, le créateur de la start-up.

Six mois après le lancement, il annonce déjà 8 000 guides référencés (dont 4 000 en Chine), dans 180 pays et 1 500 villes. Son objectif est de fédérer 20 000 guides dans les dix-huit mois.

Vous venez de lire 1 200 caractères sur un total de 7 000. Pour lire la suite de cet article, vous devez être abonné à l'édition numérique de Tour Hebdo.


Qui en est le pilote ?

Ralph Guyot-Jeannin est seul aux commandes. Malgré ses 28 ans, il n’en est pas à son coup d’essai. À peine sorti de son école de commerce (ESCP Europe) en 2011, le jeune Parisien crée City Cake, qui met en relation pâtisseries et consommateurs, avec un succès fulgurant. L’entreprise est revendue à Resto-In en 2014 mais, entre-temps, Ralph Guyot-Jeannin a le temps de peaufiner son prochain projet, cette fois-ci dans le tourisme.

Le prix de l’innovation de son école, remis par Alain de Mendonça (le patron de Karavel-Promovacances), aurait pu lui ouvrir des portes. Mais c’est une expérience concrète qui lui met la puce à l’oreille. En vacances à Naples, il se perd à plusieurs reprises et regrette de ne pas avoir opté pour une visite guidée qui lui aurait permis de connaître détails et anecdotes sur la ville. De retour dans l’Hexagone, il constate qu’il n’existe aucune plate-forme française mettant en relation touristes et guides. Meetrip est en marche.


Quels sont ses moyens ?

Dans cet univers des start-up où chaque euro est précieux, Meetrip fait figure d’exception. La revente de City Cake a permis à Ralph Guyot-Jeannin d’investir 50 000 € dans son nouveau projet. Il embarque avec lui divers amis et membres de sa famille, de telle sorte qu’à sa création l’entreprise dispose de 200 000 €. Depuis, une première levée de fonds auprès de business angels a permis de réunir 500 000 € supplémentaires. Le jeune patron demeure discret sur leur identité, se contentant de préciser qu’il a refusé d’accueillir dans son capital deux groupes touristiques, afin de préserver son indépendance.

Même si hébergée au Welcome City Lab (l’incubateur parisien dédié au tourisme), la start-up emploie déjà douze personnes (dont huit sont salariées) et ambitionne de faire passer ses effectifs à plusieurs dizaines d’ici un an, notamment dans le but de trouver de nouveaux guides. Pour les dénicher, l’entreprise sollicite les pouvoirs publics des pays, les associations et syndicats professionnels. "Nous répondons aussi aux candidatures spontanées déposées sur le site, toutes vérifiées pour garantir la qualité de nos prestations. Sur les 8 000 guides que nous référençons, environ un millier est arrivé par ce biais", explique Ralph Guyot-Jeannin.


Le credo de Meetrip : "Aider les guides à mieux vivre de leur métier en révolutionnant le secteur du guidage professionnel."


Comment ça marche ?

Une fois sa requête de destination lancée, l’internaute accède aux divers profils des guides : langue parlée, spécialités (histoire, architecture, art de vivre, gastronomie…), prix horaire de la prestation… Grâce à un outil de back office, les guides gèrent eux-mêmes leurs disponibilités. "Ils reprennent ainsi le pouvoir et peuvent trouver un complément de revenus en fonction de leurs besoins", précise Ralph Guyot-Jeannin. Le client peut affiner ses critères de recherche en fonction d’attentes particulières (activités, prix…).

Une fois le choix du guide validé, le règlement s’effectue en ligne. Le site est doublé d’une application sur smartphone qui, grâce à la géolocalisation, permet de dénicher un guide une fois sur place, même en dernière minute. Sa montée en puissance est annoncée pour cet été.


Quel est le modèle économique ?

Fixé par les guides eux-mêmes, le prix de la prestation varie considérablement d’un pays à l’autre, de 5 € par heure au Vietnam à plusieurs dizaines d’euros en Europe. Sur chaque transaction, Meetrip perçoit une commission de 20 %.

Si la start-up a d’abord visé le marché grand public, elle a vite constaté qu’elle comptait parmi ses clients nombre d’agences de voyages et d’hôtels (voir encadré ci-dessous). De telle sorte que les professionnels du tourisme génèrent désormais 80 % de l’activité. "On sent une forte appétence des agences. Elles trouvent en Meetrip la fiabilité, la qualité et la sécurité, avec une réservation centralisée et des guides certifiés. En réservant directement, elles réalisent par ailleurs des économies sur l’achat de la prestation", se félicite Ralph Guyot-Jeannin.

Meetrip prévoit de réaliser un chiffre d’affaires de 2 M€ à 3 M€ en 2016, plus de 7 M€ si les négociations en cours avec plusieurs chaînes hôtelières aboutissent. La rentabilité est attendue pour 2018 ou 2019.


Quelles sont ses limites ?

Meetrip est disponible en douze langues, des États-Unis à la Chine. Cette ouverture sur le monde et la variété des clients nécessitent des moyens colossaux, notamment commerciaux et marketing, pour convaincre des guides de rejoindre le site mais aussi afin de faire connaître la plate-forme auprès des clients potentiels. Pour faire face, une seconde levée de fonds est dans les cartons pour fin 2016, avec un objectif de 2 M€ à 3 M€.

Cette montée en puissance est d’autant plus indispensable que Meetrip doit faire face à d’autres start-up, notamment des plates-formes collaboratives qui mettent cette fois-ci en relation des voyageurs et des particuliers s’improvisant guides, comme Vayable aux États-Unis ou Good Spot en France.

La bonne surprise du BtoB

Meetrip a rapidement constaté une forte appétence des professionnels du tourisme pour son concept : les agences de voyages désirant améliorer leurs marges en construisant des voyages à la carte, mais aussi d’autres prestataires (chaînes hôtelières, compagnies aériennes…) souhaitant vendre des prestations annexes. Pour répondre à cette demande, la start-up leur propose un abonnement de 29,90 € par mois (19,90 € avec un engagement de deux ans). Il inclut une rétrocession de la commission de 10 % que l’agence peut compléter en ajoutant sa propre marge, un accès prioritaire pour la réservation en ligne, une assistance dédiée, des outils de reporting… La start-up propose aussi aux acteurs du Web de greffer son offre sur leurs sites. Des négociations sont en cours avec plusieurs chaînes hôtelières.

Thierry Beaurepère

Cette page est réservée aux abonnés

Pas encore abonné ?

Ou testez gratuitement l’offre abonné pendant 15 jours

Offre d'assai gratuite

Vous êtes déjà abonné ? Identifiez-vous :

« Pour signaler un contenu indésirable ou illicite, nous vous invitons à nous contacter à l'adresse suivante : contact@tourhebdo.com. »

Vos Réactions

Pas de réaction pour le moment, soyez le premier.

© Tous droits réservés

ABONNES PREMIUM

Recevez la newsletter quotidienne

  • Veuillez résoudre l'opération :
     = 
  • Valider

RECHERCHER

DONNEZ VOTRE AVIS

La vente d’activités loisirs par Airbnb vous inquiète-t-elle ?

  • Oui
  • Non
  • Je ne sais pas

Tour Hebdo

Couverture Tour Hebdo

Lire Tour hebdo sur web, mobile, tablette

J'achète un numéro

Je m'abonne

RESTEZ CONNECTÉ

  • Retrouvez-nous sur Facebook
  • Retrouvez-nous sur Twitter
  • Flux RSS
Le Blog de Tourhebdo
#

Icotour - Le partenaire des professionnels du voyage depuis 1974

couverture Icotour