webleads-tracker

  • Institutions
  • 07/07/2017
  • 13:00

L’APST envahit les écrans

Dès le mois d’octobre, l’association parrainera la météo sur BFM TV dans le cadre d’un vaste plan de communication et de formation. Elle prépare également un tour de France pour aller à...
Tour Hebdo :
                L’APST envahit les écrans
L'APST met en place un vaste plan de communication et de formation.©DR

L’Association professionnelle de Solidarité du Tourisme (APST) s’affichera sur les écrans de BFTM TV au mois d’octobre à travers le parrainage de la météo, soit 576 messages. La campagne  sera également relayée sur la radio d’informations économiques BFM Business, soit 175 passages. Ils mettront en avant "la garantie coccinelle", à savoir la garantie des fonds déposés.

Il s’agit pour l’APST de faire mieux connaître son rôle et son utilité, et d’inciter in fine les clients à choisir une agence garantit par l’association. "80% des clients ne savent pas qu’ils bénéficient d’une garantie financière en ayant recours à un professionnel du tourisme garanti par l’APST" précise la présidente Alix Philipon, qui a fait de la communication l’un de ses chantiers prioritaires. L’association n’avait pas communiqué auprès du grand public depuis le partenariat avec Julien Courbet et RTL, dans les années 2000. Par ce biais, l’APST entend aussi indirectement  recruter de nouveaux adhérents.

Cette campagne, d’un coût de 300 000 €, s’inscrit dans un vaste plan média sur 24 mois, d’un montant d’un million d’euros ; et plus globalement dans le projet "Ensemble vers 2020" lancé par Alix Philipon en 2016. Au-delà de la sensibilisation  du grand public, l’APST a notamment lancé au printemps une newsletter mensuelle à l’attention des adhérents, réalise des dossiers techniques (quatre par an), et communique tous les deux mois auprès des délégués régionaux. Un mini tour de France est également dans les starting-blocks, avec des rencontres réservées aux adhérents.  Cinq premières étapes sont dans les tuyaux, au rythme d’une par mois dès octobre, à Rennes, Marseille, Strasbourg, Lyon et Lille. On y parlera business, mais pas seulement, avec notamment des débats animés par Fabrice Lundy, journaliste à BFM Business. Filmés et diffusés en direct, ces débats seront ensuite disponibles en podcast. Paris n’est pas oublié, avec des portes ouvertes organisées au siège, le 18 octobre prochain.  

Cap sur la formation et les jeunes

La formation constitue un autre sujet majeur, avec un nouveau programme mis en place à la fin 2016 pour mieux répondre aux attentes. Cette évolution semble séduire les adhérents. 410 personnes ont participé à une formation au 1er semestre, générant un chiffre d’affaires de plus de 91 000 €, quant ils n’étaient que 180 à la même période l’an dernier. Deux thèmes sont plébiscités : la gestion d’une agence de voyage et l’impact de la TVA.   

Dernier point : les jeunes entrepreneurs. Sur 3500 adhérents, l’APST en comptabilise 420 qui ont  moins de 41 ans, soit 12% du total. Pour mieux les fédérer, mais aussi convaincre les futures forces vives de la profession d’adhérer, l’association a créé un Cercle des Nouveaux Acteurs du Voyages (NAV by APST) en début d’année, dans le but de  leur proposer un cadre spécifique pour s’exprimer et mieux anticiper les évolutions futures. Il regroupe déjà une soixantaine de dirigeants. Il se traduit notamment par des "afterworks" (deux ont été organisés  et deux autres sont prévus d’ici fin 2017), par une future journée annuelle des Jeunes Dirigeants qui se déroulera en 2018, et par la relance du Challenge du Nouvel Entrepreneur du Tourisme.

Cette vaste offensive s’inscrit dans un contexte positif pour l’APST, qui a prévu d’encaisser 13,3 M€ de cotisations en 2017. "Nous terminons le premier semestre 2017 en atteignant les objectifs fixés, tant sur le plan financier qu’en termes de communication" se félicite Alix Philipon. Depuis le début de l’année, l’association a dû gérer 13 défaillances (contre 12 durant la même période 2016), pour 360 000 € de sinistres (contre 200 000 € en 2016). Elle a ainsi pris en charge le départ de 2682 clients pénalisés par la défaillance de leur agence. Ce bilan n’inclut pas Boiloris, avec un coût déjà provisionné dans le bilan 2016 qui  avoisine 2,5 M€. L’APST a dû prendre en charge les voyages de 2000 clients, dont certains ne partiront qu’en 2018. "Nous possédons des garanties en conséquence mais il s’avère que celles-ci vont être longues à recouvrer du fait des agissements du dirigeant de Boiloris" conclut l’association.

Thierry Beaurepère  

Cette page est réservée aux abonnés

Pas encore abonné ?

Ou testez gratuitement l’offre abonné pendant 15 jours

Offre d'assai gratuite

Vous êtes déjà abonné ? Identifiez-vous :

« Pour signaler un contenu indésirable ou illicite, nous vous invitons à nous contacter à l'adresse suivante : contact@tourhebdo.com. »

Vos Réactions

Pas de réaction pour le moment, soyez le premier.

© Tous droits réservés

ABONNES PREMIUM

Recevez la newsletter quotidienne

Cliquez ici pour vous inscrire

RECHERCHER

le magazine

n°1586 - novembre 2017

DONNEZ VOTRE AVIS

Quel produit vendez-vous le plus pour cet hiver ?

  • Le club
  • La location à la neige
  • Le séjour ou le circuit long-courrier
  • La croisière

Tour Hebdo

Couverture Tour Hebdo

Lire Tour hebdo sur web, mobile, tablette

J'achète un numéro

Je m'abonne

RESTEZ CONNECTÉ

  • Retrouvez-nous sur Facebook
  • Retrouvez-nous sur Twitter
  • Flux RSS
Le Blog de Tourhebdo
#

Icotour - Le partenaire des professionnels du voyage depuis 1974

couverture Icotour