webleads-tracker

  • Transport aérien
  • 23/06/2017
  • 16:03

Qatar Airways veut 10% d’American Airlines

La compagnie de Doha a fait part de son intention de devenir actionnaire de la première compagnie américaine.
Tour Hebdo :
                Qatar Airways veut 10% d’American Airlines
Qatar Airways vient d'annoncer son intention d'acquérir 10% d'American Airlines. ©John Taggart

Qatar Airways a (encore) faim. La compagnie a annoncé hier vouloir investir dans American Airlines. Dans un premier temps, elle va acquérir du capital flottant, celui accessible par les actions en bourse. Le groupe qatari a l'intention d'acheter au moins pour 808 millions de dollars de titres American Airlines en circulation, a indiqué American Airlines, dans un document adressé au gendarme de la Bourse américain.

Ces 4,75% du capital est un seuil qui ne peut être franchi qu’après validation du conseil d’administration de la compagnie américaine. Celui-ci ne semble pas y être hostile, mais se dit "pas particulièrement excité" par cette offre. American Airlines, qui compte comme actionnaire le milliardaire américain Warren Buffett, a précisé ne pas être à l'origine du mouvement de capital.

Elle prévient : "La proposition d'investissement de Qatar Airways ne changerait dans aucun cas ni la composition du conseil d'administration, ni la gouvernance, ni le management, ni l'orientation stratégique". La législation américaine ne permet pas à un investisseur étranger de détenir plus de 25% d'une compagnie aérienne locale (contre 49% en Europe) et limite les droits de vote d'un actionnaire non-américain à 24,9%.

Des investissements dans tout le secteur aérien

Qatar Airways multiplie les prises de participation dans le transport aérien mondial. Elle vient récemment de porter à 20% sa part au capital d’IAG, le groupe regroupant British Airways, Iberia, Vueling, Aer Lingus, etc. En Amérique du Sud, elle détient 10% de LATAM, le plus gros transporteur. Elle a aussi pris le contrôle de Meridiana, la deuxième compagnie italienne et s’intéresse à Royal Air Maroc. Enfin, elle est membre de l’alliance oneworld, dont British Airways et American Airlines sont les piliers.

Cet investissement aux Etats-Unis va-t-il influencer les demandes de mesures de protection faites aux autorités américaines par les groupes américains face aux subventions publiques supposées perçues par les compagnies du Golfe ? "American Airlines continue de penser que le président (Donald Trump) et son administration vont s'opposer à des gouvernements étrangers pour mettre fin aux subventions massives accordées à leurs transporteurs, lesquelles menacent le secteur aérien américain et ses emplois", insiste l'entreprise texane.

Une coalition de compagnies américaines parmi lesquelles American Airlines, Delta Air Lines et United, accuse Emirates, Etihad et Qatar Airways d'avoir reçu 42 milliards de dollars de subventions de leurs gouvernements de tutelle depuis 2004.

La Maison-Blanche pourrait s'y opposer

Le rapprochement avec American Airlines peut ne pas aboutir. Outre l’aval du conseil d’administration, il faudra également convaincre la Maison-Blanche, qui a développé une relation tendue avec le Qatar récemment. Donald Trump a, semble-t-il, encouragé plusieurs pays arabes (Arabie saoudite, Emirats arabes unis, Bahrein, Yémen, Egypte) à rompre leurs relations diplomatiques et aériennes avec Doha, accusé de financer les groupes islamistes.

Une rupture lourde de conséquences pour Qatar Airways : il n'a plus le droit de desservir une vingtaine d'aéroports situés dans ces pays-là, ce qui représente 50 vols de perdus chaque jour. Les interdictions de survol allongent les trajets vers d’autres destinations dans le monde, ce qui plombe les coûts d’exploitation.

Si Akbar Al Baker, le PDG de Qatar Airways, n’a pas fait de commentaire sur le blocus aérien de son pays lors de sa visite au salon du Bourget, il n’a pas annoncé de modification du carnet de commandes, ni du programme de livraisons. En particulier à la fin de l’été, un Airbus A350 équipé des nouvelles Qsuites de la classe affaires, doit être livré pour assurer la desserte Doha-Paris.

Thierry Vigoureux

Cette page est réservée aux abonnés

Pas encore abonné ?

Ou testez gratuitement l’offre abonné pendant 15 jours

Offre d'assai gratuite

Vous êtes déjà abonné ? Identifiez-vous :

« Pour signaler un contenu indésirable ou illicite, nous vous invitons à nous contacter à l'adresse suivante : contact@tourhebdo.com. »

Vos Réactions

Pas de réaction pour le moment, soyez le premier.

© Tous droits réservés

ABONNES PREMIUM

Recevez la newsletter quotidienne

Cliquez ici pour vous inscrire

RECHERCHER

le magazine

DONNEZ VOTRE AVIS

Comptez-vous aller au salon IFTM Top Resa ?

  • Oui c’est un rendez-vous majeur
  • Oui pour quelques rendez-vous
  • Je ne sais pas encore
  • Non cela ne m’est pas utile

Tour Hebdo

Couverture Tour Hebdo

Lire Tour hebdo sur web, mobile, tablette

J'achète un numéro

Je m'abonne

RESTEZ CONNECTÉ

  • Retrouvez-nous sur Facebook
  • Retrouvez-nous sur Twitter
  • Flux RSS
Le Blog de Tourhebdo
#

Icotour - Le partenaire des professionnels du voyage depuis 1974

couverture Icotour