Menu
S'identifier
Destination

Montagne : les stations cherchent à rebondir après une saison 2016 difficile


Publié le : 09.10.2017 I Dernière Mise à jour : 02.01.2018
{ element.images.0.titre }}
Les voyagistes intègrent de plus en plus d'activités hors-ski et après-ski, dont des offres bien-être, dans leur production. I Crédit photo ©Club Med

Le manque d’enneigement a notamment freiné les arrivées fin décembre 2016. Les stations diversifient leurs activités pour (re)conquérir les vacanciers.

Les domaines skiables tricolores n'ont pas vraiment la cote. La saison 2016-2017 s’est achevée sur une baisse de 1,5% du nombre de journées-skieurs (51,1 millions) par rapport à l’année précédente. Désormais, la destination ski française pointe à la troisième position derrière l’Autriche (52,1 millions de journées-skieur, +4%) et les Etats-Unis (54,7 millions, 1,5%). En 2016, la France avait déjà perdu sa première place au profit des Etats-Unis.

Cette saison "fait suite à deux autres saisons plutôt difficiles", a souligné Pierre Lestas, président de Domaines skiables de France (DSF), qui regroupe plus de 230 exploitants de remontées mécaniques, lors du congrès annuel de l’association jeudi dernier. "Nous gardons notre optimisme car cela tient au fait que nous avons eu pas ou peu de neige, surtout dans les petites et moyennes stations, à Noël et jour de l’An, et que cette situation a perduré jusqu’à mi-janvier."

Des canons à neige et des investissements dans l'après-ski

Face à cette problématique, les domaines skiables investissent largement dans les canons à neige puisque 35% de la surface skiable totale sont aujourd’hui couverts par de la neige de culture. En Auvergne-Rhône-Alpes, qui concentre plus de 70% des journées de ski en France, près de 30 millions d'euros de subventions ont servi à l'équipement en matériel d'enneigement artificiel sur la période 2016-1018, pour un investissement total de l'ordre de 100 millions d'euros.

Les stations cherchent aussi à assurer le renouvellement de leur clientèle, avec une opération de charme lancée cette année en direction des jeunes. A ce titre, Airbnb "pousse les propriétaires à baisser le nombre de nuitées minimal pour réserver", assure Alexis Dussilol, responsable du développement montagne pour favoriser les courts-séjours.

L’heure est aussi à la diversification, sur les pistes ou après-ski. "Il faut penser à l’après-ski et aux 5 à 10% de nos clients qui ne skient pas en leur proposant une offre bien-être, des sorties en raquettes, un accès en patinoire", confirme Christophe Fuss, directeur des opérations hôtels et clubs chez TUI France. Même constat chez Belambra Clubs qui "développe ses produits spa" selon son président Frédéric Le Guen.

Tous espèrent en tout cas que la neige sera au rendez-vous cet hiver. Les premiers flocons sont tombés début septembre dans les Hautes-Alpes et dans les Pyrénées.

Manon Gayet (avec AFP)

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format