Menu
S'identifier
Destination

Londres continue de séduire en dépit du Brexit


Publié le : 19.07.2017 I Dernière Mise à jour : 02.01.2018
{ element.images.0.titre }}
Londres est la destination européenne n°1 préférée par les touristes long-courriers. I Crédit photo ©TpsDave/Pixabay

La faiblesse de la livre sterling par rapport à l'euro et au dollar incite les touristes internationaux à voyager vers la capitale britannique.

La baisse du cours de la livre sterling depuis juillet 2016 bénéficie toujours positivement au tourisme outre-Manche. C'est la conclusion du dernier rapport établi par ForwardKeys, l'agence spécialisée dans la data touristique.

Il y a un an, juste après le référendum sur le Brexit et la victoire du leave, la livre streling avait décroché de près de 20% par rapport aux monnaies européenne et américaine et même atteint son plus faible niveau depuis 30 ans face au dollar à l’automne. Le 18 juillet dernier, une livre sterling s’échangeait pour 1,12 euro et 1,28 dollar.

Selon Forwardkeys, qui analyse au quotidien les données de réservations aériennes collectées par les GDS à l'échelle mondiale, soit 16 millions de transactions, cette faiblesse se répercute dans les intentions de séjours.

Les touristes préfèrent Londres à Paris

Malgré les récentes attaques terroristes, la capitale britannique enregistre ainsi en provenance des marchés long-courriers des taux de réservations en hausse de 14% pour la période 1er juillet-31 octobre par rapport à juillet 2016.

Les touristes américains, qui représentent 50% du trafic, sont les plus motivés (+21%), les Asiatiques (39% des prises de commandes) sont à +14%. Ces progressions sont d’autant plus significatives que Londres concentre 12% des parts de marché aériennes sur le long-courrier, en tête du top 10 des villes européennes, devant Paris (9% du trafic, avec des réservations à +13%) et Rome.

Au cours du premier semestre 2017, les arrivées long-courrier dans la capitale britannique avaient déjà progressé de 16%, rappelle Forwardkeys. "[C'est] la démonstration de l’impact très fort de la fluctuation des devises sur l’envie de voyager", remarque Olivier Jager, président-fondateur de Forwardkeys. "Le bon rapport qualité-prix actuel de Londres l’emporte sur toutes les autres considérations."

Les voyagistes français ne semblent pas cependant avoir profité de cette tendance positive. Au cours de la saison hiver 2016-2017, les ventes de forfaits des TO membres du Seto ont reculé (hors Ecosse) de 12%. 

Pascale Fillâtre

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format