Menu
S'identifier
Destination

Les Seychelles font carton plein et développent de nouvelles niches


Publié le : 02.03.2017 I Dernière Mise à jour : 02.01.2018
{ element.images.0.titre }}
I Crédit photo Bernadette Willemin, directrice de l’office du Tourisme français, a presenté les résultats de la destination ce matin à Paris. ©Thierry Beaurepère

L’archipel a attiré 43 000 visiteurs français l’an dernier, un record ! L’enjeu des prochaines années sera de maîtriser le développement touristique. 

Concilier développement touristique et protection de l’environnement, c’est le défi auquel sont confrontées les Seychelles, qui volent de record en record. L’archipel a accueilli 303 000 visiteurs internationaux l’an dernier (+9,7% par rapport à 2015 et +30% depuis 2014), un niveau jamais atteint ! Le marché français est encore plus dynamique avec 43 000 visiteurs (+15,3%) et demeure le premier pourvoyeur de touristes, devant l’Allemagne, les Emirats Arabes, l’Italie et la Grande-Bretagne.   

La forte croissance des capacités aériennes, avec pour corollaire une farouche guerre des prix, explique largement cette folle envolée. Et ce n’est pas fini ! Air Seychelles, qui a repris ses vols directs entre Paris et Mahé il y a deux ans, va passer de 3 à 4 vols par semaine dès le mois d’avril. Parallèlement, les compagnies du Proche et Moyen-Orient mettent les bouchées doubles. Dans le sillage d’Emirates et d’Etihad Airways qui desservent l’archipel depuis plusieurs années, Qatar Airways a lancé un vol quotidien depuis son hub de Doha en décembre dernier, tandis que Turkish Airlines propose quatre vols par semaine au départ d’Istanbul depuis octobre ; soit autant de possibilités nouvelles pour les passagers français en correspondance, en particulier ceux de province. Enfin, Austria Airlines reliera Vienne à l’archipel dès octobre prochain.

Lancement d'un audit sur l'hébergement

Cet afflux est pour l’heure encore absorbable. "De la petite hôtellerie aux établissements de luxe, les Seychelles comptent environ 5 000 chambres. Le taux de remplissage à l’année atteint 65%. Il y a encore de la place même si à certaines périodes, ça devient plus compliqué", explique Bernadette Willemin, directrice de l’office du Tourisme à Paris.

Pour faire face, les autorités locales ont mis en place un moratoire sur la construction de nouveaux grands établissements et viennent de lancer un audit afin d’évaluer la qualité des infrastructures actuelles et les possibilités d’un développement maîtrisé, dans le respect de l’environnement.

Si les îles principales de Mahé, Pralin et La Digue affichent complets (ou presque), des projets ne sont pas exclus sur les îles désertes de l’archipel, dont certaines pourraient accueillir des resorts luxueux, avec un hôtel par île à la manière des Maldives. En octobre dernier, Six Senses a ainsi inauguré un établissement (le Zil Pasyon) sur l’île de Félicité vaste de 264 hectares, avec à la clé 30 villas et 17 résidences privées.

De multiples rénovations

En attendant, les hôtels existants s’attachent à rénover leur offre. Le Lemuria (groupe Constance) installé sur l’île de Praslin a rouvert ses portes en novembre après plusieurs mois de travaux. Sur l’île de Mahé, le Hilton Northolme a ajouté 16 villas somptueuses aux 40 existantes  en décembre 2015. D’autres projets sont en cours. Le Sainte-Anne Resort de Beachcomber fermera ses portes de septembre à février 2018 pour une remise au goût du jour. Alors que Four Seasons vient de reprendre l’exploitation de l’hôtel de  l’île Desroches (35 mn d’avion de Mahé). Il doit rouvrir à la fin de l’année après rénovation, avec 40 suites et 11 villas privées. 

Parallèlement, les autorités s’attachent à développer de nouvelles niches de marché, alors même que 94% des visiteurs viennent pour des motifs de loisirs. Le tourisme d’affaires fait parti des pistes (petits séminaires, incentives), avec notamment l’hôtel Eden Bleu (inauguré fin 2014 à Mahé) équipé de salles de conférences, au cœur d’un projet qui englobe également une marina.

La croisière constitue une autre alternative, avec une montée en puissance des escales de grands paquebots,  à commencer par ceux de Costa et MSC. A ce titre, la modernisation des installations du port de la capitale Victoria est en réflexion.  

Thierry Beaurepère         

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format