Menu
S'identifier
Destination

Les Caraïbes rassurent après le passage d’Irma et de Maria


Publié le : 28.09.2017 I Dernière Mise à jour : 02.01.2018
{ element.images.0.titre }}
Une partie de la délégation du Carribbean Tourism Organization présente ce matin sur l'IFTM-Top Resa. I Crédit photo ©M.G.

Inégalement touchées par deux ouragans, les îles caribéennes font le point à quelques mois du lancement de la saison hivernale. Avec pour maître-mot, l’optimisme.

La zone caribéenne fait bloc, après le passage des cyclones Irma et Maria qui ont notamment dévasté Saint-Martin et Saint-Barthélémy. Preuve de la solidarité entre les îles de la région, l’importante délégation du Carribbean Tourism Organization (CTO) venue parler à Top Resa des perspectives pour cet hiver et l’année 2018. "Nous sommes une région forte et résiliente", assène la directrice marketing du CTO pour le Royaume-Uni et l’Europe, Carol Hay. Selon les chiffres de l’association, qui regroupe une trentaine de destinations caribéennes, 70% des îles n’ont pas (ou peu) subi de dégâts et sont opérationnels. Plus de 75% des hôtels sont opérationnels à l’heure actuelle, assure le CTO. "Les touristes ne doivent pas abandonner la destination Caraïbes", enjoint Karine Mousseau, la présidente du comité martiniquais du tourisme, très émue. "Nous sommes une grande famille et nous allons nous soutenir." La Martinique n’a pas été affectée par les deux cyclones et espère attirer les touristes. Touchée par Irma, la Guadeloupe est d’ores et déjà en capacité d’accueillir les visiteurs. Preuve que la destination a été épargnée, les compagnies de croisières maintiennent leurs escales dans les ports des deux îles. "Nous maintenons nos départs et arrivées à Pointe-à-Pitre et à Fort-de-France", confirme Patrice Reignier, directeur marketing de Costa Croisières France.

Relance de Saint-Martin en 2018-2019

Le président de la collectivité territoriale de Saint-Martin, Daniel Gibbs, élu au printemps dernier, a remercié toutes les personnes ayant témoigné du soutien à l’égard de la petite île franco-hollandaise et a rappelé que l’économie de Saint-Martin dépend à 95% du tourisme. Et s’est montré résolument optimiste. "L’aéroport de Grand Case est désormais opérationnel même si les liaisons directes avec la métropole française ne sont pas rétablies", a-t-il expliqué. "Nous nous donnons un an pour relancer la destination. Nous reviendrons plus forts pour 2018-2019." Du côté des Îles Vierges britanniques, qui attirent 8 000 pax français chaque année, la reprise de l’activité nautique sera plus rapide - dès cet hiver - que l’activité terrestre, où de nombreuses constructions ont été rasées. "Je tiens à remercier Star Clippers et Ponant qui maintiennent leurs départs pour 2018", a souligné Philippe Mugnier, représentant de la destination pour l’Europe francophone. Le CTO participera à l’effort de reconstruction, en mettant l’accent sur le développement durable : "Le changement climatique sera au cœur de nos préoccupations. De nombreuses constructions seront d’ailleurs éco-responsables", comme aux Bahamas, insiste Carol Hay. "La beauté de notre région a un prix, payé par un climat tropical. Mais nous pouvons en réduire l’impact." Et de rappeler le slogan de la région : "One sea, one voice, one Caribbean."

Manon Gayet

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format