Menu
S'identifier
Destination

Faudra-t-il bientôt donner ses mots de passe pour entrer aux Etats-Unis ?


Publié le : 06.04.2017 I Dernière Mise à jour : 02.01.2018
{ element.images.0.titre }}
I Crédit photo La mesure pourrait concerner les ressortissants des 38 pays bénéficiant aujourd’hui du programme d’exemption de visa. © NYC & Company / Julienne Schaer

D’après des informations du Wall Street Journal, la nouvelle administration américaine souhaite rendre obligatoire la communication des mots de passe et autres informations personnelles.

Le "contrôle extrême" des voyageurs promis par Donald Trump au cours de sa campagne pourrait bien ne pas s’arrêter au "Travel Ban" qui a déjà défrayé la chronique ces derniers mois. D’après des informations publiées cette semaine par le Wall Street Journal, les visiteurs souhaitant rejoindre le sol américain pourraient bientôt être forcés de révéler aux agents américains des informations telles que leurs mots de passe, leurs informations bancaires, ou de répondre à des questions quant à leur idéologie.

Déjà esquissée par le secrétaire à la Sécurité intérieure John Kelly en février dernier, la mesure pourrait concerner les ressortissants des 38 pays bénéficiant aujourd’hui du programme d’exemption de visa, alliés traditionnels des États-Unis comprennent notamment la France et la majeure partie des pays de l’Union européenne.

Elle obligerait les visiteurs à remettre leur téléphone aux agents de la Sécurité intérieure, laissant aux autorités la possibilité de consulter leurs contacts et messages personnels. Dans le cadre de cette mesure, les visiteurs pourraient également se voir obliger de transmettre leurs identifiants et mots de passe sur les réseaux sociaux et comptes personnels : un refus vaudrait interdiction de rentrer aux États-Unis.

D’après le Wall Street Journal, le département de la Sécurité intérieure travaille également au développement d’un "test idéologique" : les voyageurs pourraient se voir poser des questions relatives au traitement des femmes dans la société, aux crimes d’honneur, ou aux cibles qu’ils estimeraient légitimes dans le cadre d’une intervention militaire.

Une nouvelle source d’inquiétude pour le tourisme américain

Aux États-Unis, l’immigration et le contrôle des frontières restent la compétence du président. Si une telle mesure peut donc être annoncée unilatéralement par Donald Trump, elle devra néanmoins s’inscrire dans le cadre du droit américain. Au vu des difficultés légales récemment rencontrées par l'actuel occupant de la Maison blanche, reste à savoir s'il prendra le risque d’essuyer un nouveau revers. Une telle mesure pourrait notamment contrevenir à la législation sur le respect de la vie privée et de la liberté d’expression.

Si l’initiative venait à se concrétiser, elle inquiéterait encore davantage les professionnels américains du tourisme. Depuis la prise de fonction du nouveau président, ces derniers constatent en effet un ralentissement marqué de la fréquentation, déjà surnommé "Trump Slump".

Les précédentes annonces de mesures interdisant l’accès au territoire américain à des ressortissants de pays à majorité musulmane avaient déjà attisé les craintes du secteur : elles avaient déjà été suivies d’une baisse importante des réservations de vols et de séjours pour les États-Unis, y compris depuis les marchés émetteurs européens.

S.T.

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format