webleads-tracker

Les dossiers d'actualité

Et si Iata raccourcissait les délais de paiement en France?

  • Quatre agents de voyages donnent leur avis

    A ce jour, les agences françaises payent le BSP tous les mois et doivent respecter un ratio de liquidité de 1,10. ©DR

    Quatre agents de voyages donnent leur avis

    Iata réfléchit à faire évoluer les délais de paiement du BSP auprès des agences de voyages françaises. D'autres marchés européens appliquent déjà, ou vont appliquer, des paiements bi-mensuels ou tous les dix jours en 2015. Les ratios de liquidités demandés aux agences pourraient se durcir également.



    Quatre agents de voyages réagissent à cette éventualité.


    - Gilles Salomon
    , directeur de Provoyages


    - Jean Taibi,
    directeur de Geovisions 


    - Simon Renaud
    , directeur général de 3 Mundi


    - Philippe Taieb,
    Pdg de Jancarthier Voyages


    Propos recueillis par Catalina Cueto

    Publié le : 30/10/2014
    • Régir
  • Gilles Salomon : "L'impact serait trop important sur notre trésorerie"

    Gilles Salomon, directeur de Provoyages. ©CC

    Gilles Salomon : "L'impact serait trop important sur notre trésorerie"


    "Ce serait une hérésie de raccourcir les délais de paiement ! Nos entreprises clientes, elles, augmentent leurs délais et se permettent de dépasser le délai maximum de 45 jours.

    On a un mal fou à se faire payer en temps et en heure.
    Cela aurait un impact trop important sur notre trésorerie et cela nous fragiliserait.Ce changement nous pénaliserait face aux entreprises qui ne trouveraient plus d'avantage à passer par une agence.

    La carte logée peut être une solution mais elle s'adresse à des sociétés qui font beaucoup de volume de voyages professionnels.
    L'idéal serait de travailler en prélèvement avec chaque entreprise, mais peu l'acceptent".

    Publié le : 30/10/2014
    • Régir
  • Philippe Taieb : "Il faudra augmenter les frais auprès des entreprises"

    Philippe Taieb, président directeur général du miniréseau Jancarthier Voyages. ©JPGlatigny

    Philippe Taieb : "Il faudra augmenter les frais auprès des entreprises"


    "La clientèle d'entreprises demande de plus en plus de délais de paiement, au-delà de 45 jours, et la clientèle loisirs réserve en dernière minute, ce qui contribue à fragiliser la trésorerie des agences. Heureusement, notre gestion est saine dans nos 24 agences.

    Mais si le BSP raccourcissait les délais, ce serait pénalisant. Certes, la carte logée est une solution mais elle nous coûte 2% sur les prestations hors aérien.

    Si nous demandons des frais supplémentaires aux entreprises, elles rechigneront car elles sont en recherche permanente d'économies. Mais en vérité, il faudra augmenter les frais
    ".

    Publié le : 30/10/2014
    • Régir
  • Jean Taibi : "Il vaut mieux payer en plusieurs fois"

    Jean Taibi, directeur de Geovisions à Reims. ©DR

    Jean Taibi : "Il vaut mieux payer en plusieurs fois"


    "A l'agence, nous vendons essentiellement des billets Loisirs que nous encaissons tout de suite de la part des clients.

    S'il fallait raccourcir les délais de paiement au BSP, cela ne poserait pas de problème de trésorerie, ce serait même plus intéressant de payer des petites sommes en deux ou trois fois, plutôt qu'une grosse somme en une seule fois. Cela serait mieux perçu par notre banquier.

    En revanche, il ne faudrait pas que les ratios de liquidités demandés par Iata dépasse 1,20, car cela serait trop lourd. En Belgique, où j'ai travaillé, les agences payent le BSP tous les dix jours, mais les entreprises ont l'obligation de payer leurs fournisseurs à 30 jours"
    .

    Publié le : 30/10/2014
    • Régir
  • Simon Renaud : "Revenir en arrière serait compliqué"

    Simon Renaud, directeur général de 3Mundi. ©DR

    Simon Renaud : "Revenir en arrière serait compliqué"


    "En tant que pure TMC*, nous serions pénalisés. Dans la mesure où actuellement, nous accordons des délais de paiement de 30 jours aux entreprises, il serait difficile de revenir en arrière.

    Si le BSP était payable tous les 15 jours en France, nous demanderions deux cycles de facturation aux entreprises en compte, ce qui est compliqué.


    Les cartes logées représentent une solution pour les très gros comptes, pas pour les autres. Et si nous demandons un escompte à la banque, cela a un coût, qui serait difficile à répercuter sur les clients. Quant aux ratios de liquidité, il ne faudrait pas qu'ils augmentent, car cet argent ne serait plus disponible pour investir".

    *Travel management company

    Publié le : 30/10/2014
    • Régir

ABONNES PREMIUM

Recevez la newsletter quotidienne

Cliquez ici pour vous inscrire

RESTEZ CONNECTÉ

  • Retrouvez-nous sur Facebook
  • Retrouvez-nous sur Twitter
  • Flux RSS

RECHERCHER



le magazine

n°1586 - novembre 2017

Le Blog de Tourhebdo
#

Icotour - Le partenaire des professionnels du voyage depuis 1974

couverture Icotour